Ouvrir le menu principal

Page:Viollet-le-Duc - Dictionnaire raisonné de l’architecture française du XIe au XVIe siècle, 1854-1868, tome 3.djvu/456

Cette page a été validée par deux contributeurs.
[cloître]
— 453 —

composée d’une suite de chevrons portant ferme, retenus par des liens reposant sur des corbeaux. Ce genre de construction n’offrait pas une grande solidité ; aussi la plupart de ces cloîtres furent-ils renversés par la poussée de la charpente dépourvue d’entraits, et, au XVe siècle, on reprit le mode adopté par le XIIIe siècle, c’est-à-dire qu’on en revint aux cloîtres voûtés avec meneaux sous les formerets, et ces meneaux furent vitrés. Il est cependant des exceptions à cette règle, surtout dans les provinces méridionales.

Cloitre.Bordeaux.2.png

Ainsi le cloître de la cathédrale de Narbonne, qui date des premières années du XVe siècle, se compose d’une série d’arcades sans meneaux, séparées par des contre-forts épais.

La fig. 38 présente le plan du quart de ce cloître. En A, nous donnons la section horizontale de la pile d’angle, et en B celle d’une des autres piles, à l’échelle de 0,02 c. pour mètre. La fig. 39 nous montre un des angles de ce cloître, vu en perspective.

Le cloître de Narbonne possède un bahut ; les arcades sont hautes, contrairement aux habitudes des constructeurs du moyen âge ; il est couvert en terrasses dallées, protégées par une balustrade, ainsi que le cloître de la cathédrale de Béziers, qui date du XIVe siècle.

Les cloîtres du XVe siècle en général ne diffèrent de ceux du XIVe que par la décoration des contre-forts, les compartiments des meneaux, la construction des voûtes et les détails de l’architecture. Il n’est donc pas