Ouvrir le menu principal

Page:Viollet-le-Duc - Dictionnaire raisonné de l’architecture française du XIe au XVIe siècle, 1854-1868, tome 3.djvu/447

Cette page a été validée par deux contributeurs.
[cloître]
— 444 —

Latran, à Rome ; en Sicile, l’admirable et immense cloître de Montréale, singulier mélange d’architecture normande et de traditions des Maures ; en France, les beaux cloîtres de Saint-Léger et de Saint-Jean-des-Vignes de Soissons. Nous nous occuperons de ce dernier cloître, dans lequel les religieux, tout en restant fidèles au principe appliqué avec une si grande sobriété à Noyon, déployèrent un luxe de sculpture peu commun.

Cloitre.Saint.Jean.des.Vignes.png

Nous donnons (29) le plan et (30) l’élévation extérieure d’une travée du cloître de Saint-Jean-des-Vignes, contemporain de celui de Noyon. La galerie du rez-de-chaussée était probablement surmontée d’un étage qui n’existe plus. Les contre-forts, les tympans entre les archivoltes sont couverts de sculpture. Le plan présente une multitude de colonnettes dont la fonction est déterminée par les arcs des voûtes, et qui sont couronnées par des chapiteaux finement travaillés dont la réunion forme, à l’intérieur comme à l’extérieur de la galerie, un brillant cordon d’ornements. Les voûtes, du côté du mur, ainsi qu’à Noyon, sont portées sur des culs-de-lampe naissant sur des têtes humaines. Quant à la claire-voie, ses roses seules étaient vitrées[1].

Cette richesse, si fort en contradiction avec le principe des ordres religieux, ne laissait pas d’exciter déjà, au XIIIe siècle, le blâme ou la raillerie. On est trop disposé à croire que les XVIe et XVIIIe siècles ont été les seuls à critiquer le luxe des moines. Un poëte du XIIIe siècle qui était reçu à la

  1. Les dessins de ce cloître nous ont été donnés par M. Bœswilwald, architecte diocésain de Soissons.