Ouvrir le menu principal

Page:Viollet-le-Duc - Dictionnaire raisonné de l’architecture française du XIe au XVIe siècle, 1854-1868, tome 3.djvu/429

Cette page a été validée par deux contributeurs.
[cloître]
— 426 —

de piles entre lesquelles s’ouvrent trois ou quatre arcades soutenues sur des colonnettes jumelles en marbre blanc veiné, avec chapiteaux de même matière ; le reste de la bâtisse est en pierre.

Cloitre.Fontfroide.png


Les formerets des voûtes en arcs d’ogives sur plan carré traversent la claire-voie et forment archivoltes en tiers-point à l’extérieur, tandis que les archivoltes de l’arcature sont encore plein cintre. La claire-voie n’est franchement ici qu’un remplissage indépendant de la construction, une sorte de cloison ajourée.

Voici (12) une élévation des travées voisines des angles et une coupe des galeries. Une belle salle capitulaire s’ouvre sur ce cloître ; nous avons l’occasion d’en parler à l’article Salle capitulaire. Si le parti adopté à Fontfroide est le même, comme principe, que celui adopté dans le cloître de Fontenay, les détails de l’architecture sont beaucoup plus riches ; les archivoltes sont moulurées, ainsi que les œils percés dans les tympans des travées ; les chapiteaux de l’arcature sont finement sculptés ; les colonnettes, grâce à la matière employée, grêles et bien dégagées de la construction. Il y a un grand pas de fait vers le système admis au XIIIe siècle, car les claires-voies font déjà pressentir les meneaux appliqués un peu plus tard entre les