Ouvrir le menu principal

Page:Viollet-le-Duc - Dictionnaire raisonné de l’architecture française du XIe au XVIe siècle, 1854-1868, tome 3.djvu/428

Cette page a été validée par deux contributeurs.
[cloître]
— 425 —

voltes extérieurs d’une pile à l’autre.

Cloitre.Fontenay.3.png


Les cloîtres primitifs, composés d’arcades semblables, continues, comme les cloîtres de Moissac, de Saint-Michel de Cuxa près Prades, convenaient à des couvertures en charpente, mais ne pouvaient s’arranger avec la disposition par travées des voûtes d’arêtes. Quoique le cloître de l’abbaye de Fontenay soit encore tout roman, que ses voûtes soient romaines, sans arcs ogives, que ses arcs grands et petits soient plein cintre, on sent là déjà poindre la transition entre le système de construction du XIe siècle et celui du XIIIe. À Fontfroide, la transition est plus avancée encore, bien que le mode adopté soit le même qu’à Fontenay. Fontfroide est une petite abbaye voisine de Narbonne[1] ; son cloître est assez bien conservé.

Nous donnons (11) le plan d’une travée des galeries voisine de l’un des angles. Ce cloître date des premières années du XIIIe siècle ; il forme un parallélogramme rectangle comprenant cinq travées sur chacun de deux de ses côtés, quatre sur les deux autres ; ces travées sont voûtées en arcs d’ogives, et les voûtes sont d’un grand intérêt pour l’histoire de la construction (voy. Construction). Comme à Fontenay, les galeries se composent

  1. On ne doit pas s’étonner si, dans cet article, nous passons brusquement d’une province à l’autre, quelle que soit la distance qui les sépare. Il s’agit ici de dispositions générales, non de détails d’architecture, et nous avons dit déjà que les établissements monastiques agissaient, quelle que fût leur position sur le territoire occidental, d’après une direction uniforme, en tant qu’elles appartenaient au même ordre.