Ouvrir le menu principal

Page:Viollet-le-Duc - Dictionnaire raisonné de l’architecture française du XIe au XVIe siècle, 1854-1868, tome 3.djvu/424

Cette page a été validée par deux contributeurs.
[cloître]
— 421 —

données par la tête de l’ordre (voy. Architecture Monastique), une figure est nécessaire.

Nous prenons comme type le cloître de l’abbaye de Thoronet. Ce cloître, conformément à l’usage général, possède quatre galeries bâties au nord de l’église. Celle qui longe le mur de la nef est à un niveau plus élevé que les autres galeries et n’a qu’un rez-de-chaussée, tandis qu’un premier étage surmonte les trois autres. Ce premier étage se compose d’un portique portant autrefois une simple charpente, et donnant entrée dans les dortoirs et divers services. Les galeries de rez-de-chaussée présentent une suite de grosses piles de 0,50  c. de face sur 1m, 50 d’épaisseur, réunies par des archivoltes. Une seule colonne, posée entre les piles, porte une petite arcature jumelle au-dessus de laquelle, dans le tympan, s’ouvre un œil. Un berceau plein cintre, renforcé de distance en distance d’arcs doubleaux portés sur les corbeaux, couvre la galerie longeant l’église. Ce sont des berceaux en tiers-point qui couvrent les trois autres galeries. La galerie septentrionale, dont le sol est encore plus bas que celui des deux galeries est et ouest, est accompagnée au milieu d’une salle hexagonale donnant sur le préau et servant autrefois de lavoir.

Nous donnons (7) une portion des galeries du cloître de Thoronet[1]. Aux deux angles de rencontre des trois galeries de niveau, la pénétration des berceaux donne deux voûtes d’arêtes renforcées d’arcs ogives.

Les chapiteaux des colonnes isolées sont sans sculptures. Des griffes très-simples garnissent les angles des bases, plutôt par mesure de solidité que comme décoration. La première assise de la galerie en pierres équarries sans moulures sépare le pavé du cloître du préau et sert de banc ; un autre banc existe sur une portion du mur du fond. Quelle que soit la rudesse de cette architecture, elle ne laisse pas d’avoir un grand caractère, et, comme construction, elle est bien entendue, car le berceau ne saurait pousser des piles de cette épaisseur chargées par le second portique en maçonnerie du premier étage. Absence complète de moulures, de profils ; seulement quelques bandeaux indispensables taillés en biseau, pour garantir les parements extérieurs et pour recevoir les cintres ayant servi à bander les arcs et les voûtes. Nulle apparence de fermetures ni de vitraux ; les fenêtres supérieures elles-mêmes en étaient souvent dépourvues, surtout dans les contrées méridionales.

Cependant cette affectation de simplicité dans la construction des cloîtres cisterciens était déjà tempérée, à la fin du XIIe siècle ; par l’influence des établissements monastiques de Cluny, qui étaient bien loin de professer la même rigueur dans leurs édifices. Alors, par toute la France, l’architecture tendait au contraire à s’enrichir de plus en plus en dépit des principes professés par saint Bernard. Nous trouvons dans la province même de ce célèbre abbé, non loin de Montbard, dans l’abbaye de Fontenay (voyez

  1. Voy., Archiv. des monum. hist. près le minist. d’État, le relevé de cette abbaye fait par M. Questel.