Ouvrir le menu principal

Page:Viollet-le-Duc - Dictionnaire raisonné de l’architecture française du XIe au XVIe siècle, 1854-1868, tome 3.djvu/421

Cette page a été validée par deux contributeurs.
[cloître]
— 418 —

le plan d’un des angles et d’une des travées du cloître de Saint-Trophyme, et (5) sa coupe ; on voit, d’après ce plan, que les piles d’angles sont très-puissantes, ainsi que celles qui séparent les travées. Les galeries étant voûtées en berceau continu, les piles d’angles reçoivent deux arcs doubleaux et un arc diagonal qui cache la pénétration des deux berceaux.

Cloitre.Saint.Trophyme.Arles.2.png


Chaque pile de travée reçoit un arc doubleau. Mais si l’on examine la coupe, fig. 5, on observera que la section du berceau est un arc rampant et que les culs-de-lampe A, portant les sommiers des arcs doubleaux du côté du mur, sont placés à 0,60 c. au-dessus des têtes des pilastres du côté de la claire-voie ; on remarquera encore, en C, à l’extérieur, un chéneau continu indiquant que primitivement la couverture du cloître en dalles posée à cru sur l’extrados du berceau, d’après le mode provençal, venait déverser les eaux pluviales suivant la pente ponctuée CF, et que probablement les têtes G des contre-forts étaient destinées à recevoir de larges gargouilles. Cette disposition a été changée au XIIIe siècle, lorsque l’on reconstruisit deux des galeries du cloître. Des terrasses furent établies, suivant la ligne FK, ainsi que le fait voir notre coupe, et un bahut L, avec