Ouvrir le menu principal

Page:Viollet-le-Duc - Dictionnaire raisonné de l’architecture française du XIe au XVIe siècle, 1854-1868, tome 3.djvu/42

Cette page a été validée par deux contributeurs.
[charpente]
— 39 —

des charpentiers anglo-normands. En voici la représentation perspective (30 bis).

Charpente.anglo.normande.4.png


Cette ferme n’est en réalité qu’une sorte d’équerre composée de diverses pièces de grosse charpente dont l’assemblage ne forme qu’un triangle rigide. Les bois ont beaucoup de champ, mais peu de plat, et sont maintenus ensemble par de fortes languettes ou des prisonniers noyés dans leur épaisseur. On remarquera comme les pannes sont soulagées par des liens ou écharpes courbes A qui ont encore l’avantage de porter les chevrons et d’arrêter le hiement de toute la charpente. Il faut avouer que ce système exigeait l’emploi de bois énormes comparativement au résultat obtenu ; c’était payer bien cher la suppression des entraits. Cette ferme n’a cependant qu’une très-médiocre portée, et ce moyen ne pouvait s’appliquer à des charpentes destinées à couvrir de larges vaisseaux. Aussi le voyons-nous abandonné forcément lorsqu’il s’agit d’exécuter des fermes d’une grande dimension.

La nef et les transsepts de la cathédrale d’Ély sont encore couverts par une belle charpente qui date de la fin du XIVe siècle. Nous donnons (31) une ferme de cette charpente ainsi que l’entre-deux des fermes. La grande courbe A B est d’un seul morceau ; elle s’assemble à sa base dans le grand