Ouvrir le menu principal

Page:Viollet-le-Duc - Dictionnaire raisonné de l’architecture française du XIe au XVIe siècle, 1854-1868, tome 3.djvu/419

Cette page a été validée par deux contributeurs.
[cloître]
— 416 —

sont d’un travail barbare qui rappelle la décadence romaine. Son aspect général et le système de décoration employé ne laissent pas cependant d’avoir un certain air de solidité et de grandeur empreint encore des traditions antiques. Les constructeurs romans voulaient obtenir, dans la composition des cloîtres, des galeries assez larges et basses, pour que les religieux ne fussent pas incommodés par le soleil ou le vent. Ils ne se départirent jamais de ce programme fort sensé, et même dans les provinces septentrionales, lorsque l’on se décida à vitrer les galeries des cloîtres en totalité ou en partie, on continua de leur donner une grande largeur comparativement à leur hauteur. Les cloîtres étant toujours entourés de bâtiments, cette disposition permettait encore d’éclairer les salles voisines au-dessus des combles des galeries.

Dès le XIe siècle, les abbayes construisirent des cloîtres d’une grande richesse, car c’était, après l’église, la partie la plus importante de ces établissements, celle dans laquelle les religieux passaient les heures que l’on ne consacrait pas à la prière en commun ou aux travaux extérieurs et intérieurs, les cloîtres servant non-seulement de galeries de service, mais de promenoirs, de lieu de méditation. Quelquefois, dans l’un des angles du préau ou sur l’une des parois des galeries, était placée une fontaine avec une grande cuve pour les ablutions. Un petit portique ; sorte de loge couverte, protégeait la cuve et mettait ainsi les religieux qui venaient s’y laver à l’abri des intempéries. Cependant il faut dire que cette disposition, fréquente dans les cloîtres d’Italie, de Sicile et d’Espagne, est assez rare en France[1]. Dans notre pays, les cuves étaient souvent placées au milieu ou dans l’un des angles du préau sans abri, ou dans le voisinage du réfectoire (voy. le Dictionnaire du Mobilier, au mot lavoir).

On décorait les cloîtres le plus souvent de peintures appliquées sur les murs et représentant, dans l’origine, des scènes de l’Ancien et du Nouveau-Testament, les légendes de saint Antoine et de saint Benoît ; plus tard, la danse Macabre ou des légendes plus modernes.

Lorsque, vers le XIIe siècle, les établissements monastiques furent arrivés à leur apogée de grandeur et de richesse, les galeries des cloîtres furent soutenues par des colonnes de marbre apportées à grands frais ; et les sculptures des chapiteaux, exécutées avec un soin tout particulier, retracèrent aux yeux des religieux des scènes de l’histoire sainte ou des légendes.

Nos monastères du Nord n’ont guère conservé de cloîtres romans d’une certaine valeur ; car, pendant les XIIIe et XIVe siècles, les religieux de ces contrées détruisirent presque partout leurs anciens cloîtres ouverts pour les remplacer par des galeries vitrées ou à peu près closes. D’ailleurs, le mouvement de rénovation de l’architecture qui, dans le Nord, avait com-

  1. Le cloître de l’abbaye de Thoronet (Var) possède encore un lavoir couvert sur la face de l’une de ses galeries. À l’abbaye de Fontenay (Côte-d’Or), il existait de même un lavoir couvert.