Ouvrir le menu principal

Page:Viollet-le-Duc - Dictionnaire raisonné de l’architecture française du XIe au XVIe siècle, 1854-1868, tome 3.djvu/415

Cette page a été validée par deux contributeurs.
[cloître]
— 412 —

les maisons des chanoines que l’évêque Érard avoit exemptées de sa juridiction temporelle… Le comte qui avoit disputé cette justice à l’évêque avoit succombé. Il avoit aussi reconnu que ce que l’évêque Érard en avoit cédé au Chapitre pour les maisons canoniales, et que ce qui en dépend au delà des anciens murs, c’est-à-dire ce qui constituoit dès lors les jardins de quelques-uns, appartenoit légitimement au Chapitre. En conséquence, un de ces comtes avoit accordé à l’évêque et au Chapitre de pouvoir faire des murs et des portes dans les endroits où se terminoit le cloître vers le milieu de la cité, à condition de les tenir ouvertes depuis le point du jour jusqu’au couvre-feu, comme on le faisoit à l’égard des deux anciennes portes : et ce traité avoit été confirmé par le roi, qui avoit permis la clôture aussi bien que l’évêque ; mais cette clôture, quoique bien autorisée ; n’avoit point été consommée. Le Chapitre avoit seulement fait pour cela des préparatifs de matériaux. Ainsi, les bourgeois avoient toujours passé librement de nuit comme de jour dans les rues du cloître Saint-Étienne, et y avoient fait passer leurs voitures… Les chanoines étoient cependant toujours en droit d’user de la permission qu’ils avoient obtenue. Ils s’appuyoient sur le pouvoir de l’évêque qui la leur avoit accordée, disant qu’un seigneur haut justicier peut se fermer quand il le juge à propos ; que l’abbé de Saint-Germain avoit bien fait bâtir nouvellement, dans sa justice, une tour pour les prisonniers qui occupoit une partie de la rue, et que les habitants d’Auxerre, qui s’y étoient opposés d’abord, avoient ensuite quitté prise ; que l’on avoit plusieurs exemples de rues du cloître Saint-Étienne qui avoient été fermées avec la permission de l’évêque, et dans lesquelles on avoit construit des arcades ou allées, pour passer d’une maison à l’autre par-dessus le chemin….. etc. » Les chanoines fondaient leur demande de clôture principalement sur ce que des accidents étaient arrivés récemment pendant la nuit. Un chanoine avait été tué en allant à matines ; des cavaliers avaient enfoncé des portes ; un autre chanoine avait été blessé par des sergents du comte ; le prévôt et les châtelains d’Auxerre étaient venus une autre fois, au point du jour, chez un chanoine collecteur des décimes du roi, avaient brisé ses portes, abattu un escalier, maltraité ce chanoine et pillé la maison. Une autre fois, le bailli et le prévôt d’Auxerre avec leurs gens, au nombre de plus de quatre-vingts, avaient assiégé le chanoine Raoul Jouvain dans sa maison. Des cavaliers étaient venus, la nuit, dans le cloître, pour s’emparer des chevaux des chanoines. Enfin, les insultes étaient devenues si communes que, quand on voulait menacer un chanoine ou un clerc de l’église, on disait : « Je te trouverai quand tu iras à matines. » Au mois d’octobre 1351, cinq ou six cents des plus notables de la ville d’Auxerre, immédiatement après complies, se fondant sur ce que le bailli de Sens, ignorant ces insultes récentes, avait rendu une sentence qui maintenait aux bourgeois le droit de passer quand bon leur semblait par le cloître Saint-Étienne, vinrent se promener par toutes les rues du cloître en menaçant les