Ouvrir le menu principal

Page:Viollet-le-Duc - Dictionnaire raisonné de l’architecture française du XIe au XVIe siècle, 1854-1868, tome 3.djvu/40

Cette page a été validée par deux contributeurs.
[charpente]
— 37 —
Charpente.anglo.normande.png


Un exemple fort simple fera comprendre ce système (28)[1]. Cette ferme, sans entrait à sa base, se trouve, il est vrai, intercalée entre d’autres fermes qui en sont pourvues ; elle n’est pas le résultat du hasard, mais d’un système souvent employé pendant les XIIIe et XIVe siècles. Le blochet A, sculpté à son extrémité vue, est pincé entre deux sablières B assemblées avec lui à mi-bois ; une forte courbe D, d’un seul morceau, s’assemble dans l’arbalétrier C au moyen d’un long tenon doublement chevillé. La panne E inférieure est prise entre la courbe et l’arbalétrier ; elle est franche, la courbe et l’arbalétrier étant entaillés pour la laisser passer. La panne E′ supérieure repose dans une entaille pratiquée à l’extrémité de l’entrait retroussé F et dans l’arbalétrier. Ainsi les chevrons dont l’épaisseur est indiquée par la ligne ponctuée viennent araser la face extérieure de l’arbalétrier. Cette ferme n’a que 5m,40 de portée, et ses arbalétriers ne pourraient s’écarter sans déformer les courbes, ce qui n’est guère possible, ou sans briser les tenons dans l’entrait retroussé, lesquels ont une grande force et sont bien chevillés. Mais lorsque les portées étaient plus grandes, il eût été difficile de trouver des courbes d’un seul morceau. Les charpentiers anglo-normands en assemblèrent deux l’une au-dessus de l’autre, ainsi que l’indique la fig. 29, en ayant le soin de donner à leurs bois un fort équarrissage, afin d’obtenir des tenons très-puissants. Le point faible de ces charpentes était cependant à leur sommet. Il était facile, par des combinaisons de courbes et des bois d’un fort équarrissage, de donner aux arbalétriers une parfaite rigidité ; ce qu’il était difficile d’empêcher, sans le secours de l’entrait, c’était la dislocation des assemblages à la tête de la ferme, par suite de l’écartement des deux arbalétriers.

  1. Voir l’ouvrage de M. J. H. Parker, Some account of Domest. Architect. in Engl., from Edward I to Richard II, p. 242. Parsonage bouse, Market Deeping, Lincolnshire. Aussi le Gloss. of Terms used in Grec. Rom. Ital. and Gothic Archit., du même auteur. Oxford, vol. II.