Ouvrir le menu principal

Page:Viollet-le-Duc - Dictionnaire raisonné de l’architecture française du XIe au XVIe siècle, 1854-1868, tome 3.djvu/388

Cette page a été validée par deux contributeurs.
[clocher]
— 385 —

construction adopté, ainsi que l’heureuse composition de ces angles ajourés dans quelques parties, comme pour établir une transition entre le plein des piles et le vide de l’atmosphère. C’était là, en effet, une des préoccupations des architectes du XIIIe siècle ; ils craignaient les silhouettes pleines et rigides ; il semblait qu’ils voulussent, dans les constructions se détachant sur le ciel, éviter le brusque passage du plein au vide. Ce principe, qui indique un sentiment très-fin des formes extérieures de l’architecture, qui allégit et grandit les édifices en les faisant se fondre, pour ainsi dire, dans le ciel, poussé à l’excès, conduisit peu à peu les architectes à exécuter les dentelles de pierre du XVe siècle.

Clocher.Vezelay.3.png

Nous donnons (72) le quart du plan de l’étage supérieur du clocher de Saint-Père sur lequel devait s’élever la flèche en pierre. Ce plan indique, en A, la disposition des pinacles des quatre angles, celle des quatre baies, et comment l’octogone s’inscrit dans le carré.

À dater de cette époque (milieu du XIIIe siècle), on ne trouve plus guère de clochers isolés. Dans la France proprement dite, les clochers tiennent aux façades des églises ; ils participent à leur composition générale et ne deviennent réellement clochers qu’au-dessus du niveau des collatéraux et des murs des nefs ; cependant, jusque vers la fin du XIIIe siècle, les architectes ont le soin de reculer les pignons des charpentes des hautes nefs au delà de l’épaisseur des clochers, de manière à leur permettre de se détacher plus librement au-dessus des grandes voûtes. Ainsi sont disposés les deux clochers de la façade de la cathédrale de Paris ; une galerie à jour les réunit à la hauteur de la base du beffroi. Même disposition à la cathédrale de Laon. Les clochers de la façade de la