Ouvrir le menu principal

Page:Viollet-le-Duc - Dictionnaire raisonné de l’architecture française du XIe au XVIe siècle, 1854-1868, tome 3.djvu/387

Cette page a été validée par deux contributeurs.
[clocher]
— 384 —

diagonales du carré sur des trompillons. Les angles de la tour carrée sont terminés par des pinacles à jour. Sous l’étage octogone en D, on remarque des médaillons sculptés incrustés dans une sorte de fausse balustrade et qui rappellent encore les rosaces et les bas-reliefs que nous avons vus entre les bandeaux du clocher de l’église de la Charité-sur-Loire. Il semble que ces médaillons, au nombre de douze, représentent les signes du zodiaque ; nous pensons du moins que telle a été l’idée de l’architecte ; mais le sculpteur paraît s’être livré, dans l’exécution de quelques-uns de ces petits bas-reliefs, à des conceptions de fantaisie. L’un des médaillons n’est même qu’une de ces ammonites fossiles comme on en trouve fréquemment dans les calcaires anciens des confins du Morvan. C’était une sculpture naturelle toute trouvée qu’on a placée là. Quatre statues d’anges sonnant de l’olifant, couronnées de dais, terminent heureusement les angles du second étage du beffroi ; et sur les flancs de l’étage octogonal, huit statues plus petites, assises, accompagnent les pinacles. Si la composition générale du clocher de Saint-Père est remarquable, facile à comprendre, les détails, tels que les profils et la sculpture, sont exécutés avec cette hardiesse et cette franchise qui appartiennent au style bourguignon du XIIIe siècle. Les angles, avec leurs colonnettes détachées de la masse et reliées aux piles par des bagues et les tailloirs des chapiteaux, rompent la sécheresse de ces angles et conduisent l’œil aux silhouettes ajourées des pinacles. Mais un des caractères particuliers à ce mode d’architecture, c’est que la masse de la construction est indépendante de la décoration. Les piles et les parties pleines sont bâties en assises basses qui peuvent passer pour du moellon piqué, tandis que les bandeaux, archivoltes et colonnettes, sont élevés en grands morceaux de pierre posés en délit, d’une belle qualité et taillés avec soin. Le contraste entre la bâtisse de la masse et la partie purement décorative ajoute singulièrement à l’effet que produit celle-ci.

Le détail de l’un des angles de la tour (71) fera comprendre le mode de