Ouvrir le menu principal

Page:Viollet-le-Duc - Dictionnaire raisonné de l’architecture française du XIe au XVIe siècle, 1854-1868, tome 3.djvu/385

Cette page a été validée par deux contributeurs.
[clocher]
— 382 —

les qualités propres à chaque province au moment où l’art peut se passer de ses langes romans.

La Bourgogne, malheureusement pour l’art, ne possède qu’un très-petit nombre de clochers du XIIIe siècle. Les églises de l’ordre de Cîteaux étaient influentes et très-nombreuses dans cette province, et l’on sait que cet ordre n’admettait dans ses édifices sacrés, pour placer des cloches, que les dispositions rigoureusement nécessaires. Saint Bernard avait exclu des églises de son ordre non-seulement la sculpture, mais les clochers, comme étant des monuments de vanité sans utilité réelle[1]. Le jugement de saint Bernard vient encore appuyer notre opinion sur l’importance donnée aux clochers pendant le moyen âge, savoir : qu’ils étaient bien plutôt des édifices fastueux, l’orgueil des cités ou des monastères, que des tours destinées à recevoir des cloches. Si le sentiment religieux faisait bâtir les églises, le sentiment de la richesse ou de la puissance érigeait les clochers, et l’anathème prononcé par saint Bernard contre les clochers suffirait, à défaut d’autres preuves, pour justifier, notre appréciation. Nous pouvons nous plaindre toutefois de la rigueur de saint Bernard, qui nous a privés de conceptions belles et originales comme toutes celles qui, au XIIIe siècle, sont sorties de l’école des architectes bourguignons. Vézelay appartenait à l’ordre de Cluny, fort opposé au rigorisme de l’ordre de Cîteaux, comme chacun sait : or, près de Vézelay, est une petite église qui dépendait de ce monastère ; c’est l’église de Saint-Père ou plutôt de Saint-Pierre. Il semble que, dans ce petit édifice, élevé vers 1240, l’architecte qui travaillait sous la dépendance de l’abbé de Vézelay ait voulu protester contre les tendances cisterciennes de la Bourgogne à cette époque ; car il a élevé, des deux côtés du portail de l’église de Saint-Père, deux clochers énormes, si on les compare à la grandeur de l’église. De ces deux clochers, un seul est achevé, sauf la flèche, qui fut faite en bois au XIVe siècle et couverte en bardeaux. À voir cette élégante construction, belle par ses heureuses proportions et par les charmants détails qui la couvrent, on doit croire que l’école bourguignonne, malgré les Cisterciens, n’en était pas alors à son coup d’essai ; ce n’est pas du premier jet que l’on arrive à de semblables conceptions. Il devait exister dans ces contrées d’autres clochers formant la transition entre les clochers romans de la Bourgogne ou du Nivernais et le clocher de Saint-Père. Cette transition, faute d’exemples existants et malgré nos recherches, nous échappe complétement, et si l’on trouve encore dans la tour de Saint-Père quelques traces des traditions romanes de ces provinces, il faut avouer qu’elles sont à peine appréciables.

La fig. 70 présente la vue perspective de ce clocher tel que l’architecte primitif le laissa, c’est-à-dire sans flèche et avant la construction du porche qui masque sa base. En E, on voit l’amorce des constructions de la nef de l’église contemporaines du clocher. À peine celui-ci était-il élevé, qu’on y

  1. Voy. l’article sur l’Architecture Monastique.