Ouvrir le menu principal

Page:Viollet-le-Duc - Dictionnaire raisonné de l’architecture française du XIe au XVIe siècle, 1854-1868, tome 3.djvu/384

Cette page a été validée par deux contributeurs.
[clocher]
— 381 —

élevait des flèches coniques ou à pans, en assises de pierre squammées, assez aiguës. Dans les provinces carlovingiennes de l’Est, les flèches qui datent de la même époque, carrées ou à pans, sont de même construites en pierre et passablement aiguës : au XIIe siècle, la Bourgogne surmonte déjà ses tours d’églises de flèches très-aiguës, témoin le clocher de Saint-Jean d’Auxerre. En Normandie, les clochers d’une petite dimension semblent n’avoir été couronnés, au XIe siècle, que de flèches en pierre ne donnant guère au sommet qu’un angle droit, comme celle du joli clocher de Than près Caen ; les gros clochers sont construits, évidemment (surtout ceux élevés sur la croisée des églises) pour recevoir des pyramides en bois. Ce n’est qu’au XIIIe siècle que cette province couvre ses tours d’églises de flèches en pierre très-aiguës. Dans l’Île-de-France, la méthode adoptée en Normandie paraît avoir été suivie ; les clochers les plus anciens ne possèdent que des flèches en pierre trapues, et c’est pendant le XIIe siècle que les pyramides aiguës apparaissent. La seule conclusion que l’on puisse tirer de ces renseignements divers, c’est que, vers 1150, dans le centre, en Bourgogne, en Normandie et dans les provinces du domaine royal, l’aiguïté des flèches était considérée comme le complément nécessaire de tout clocher, gros ou petit.

Mais revenons à la Bourgogne. Il s’était formé, dès le commencement du XIIIe siècle, dans cette province, une école gothique qui marchait de pair avec celles de l’Île-de-France et de la Champagne ; si les principes généraux qu’elle avait adoptés appartenaient complétement à la nouvelle révolution qui s’était opérée dans l’architecture, elle possédait cependant son caractère propre, distinct, résultat de ses traditions romanes, de la qualité des matériaux, et, il faut le dire, de la nature d’esprit des habitants de cette province. Le Bourguignon était et est encore hardi sans témérité, il va droit au but, évite les difficultés qui peuvent l’arrêter dans sa marche plutôt que de discuter leur valeur ou leur étendue ; moins fin que le Champenois et l’habitant des bords de la Seine, il pèche plutôt par excès de force ; cette disposition va chez lui souvent jusqu’à la brutalité ; il est poussé par sa nature à paraître puissant, résolu, entreprenant ; mais il possède un sens droit et ne sacrifie jamais le vrai, le solide, à l’apparence du faste. Ces qualités et même ces défauts percent de la manière la plus évidente dans les monuments élevés pendant le XIIIe siècle en Bourgogne ; car la nouvelle architecture, inaugurée au commencement de ce siècle, a cet avantage, lorsqu’elle est sincèrement et savamment appliquée, de mettre au jour toutes les qualités et les défauts de ceux qui l’emploient. C’est pour cela que nous regardons cette architecture comme appartenant véritablement à notre pays.

Les traditions, les tendances du clergé vers un art hiératique, les formules n’y peuvent rien ; cet art marche tout seul et peint dans ses allures diverses le caractère des populations et même des individus. Or les clochers, par les motifs déduits plus haut, monuments d’inspiration autant au moins que d’utilité, font ressortir, plus vivement que tout autre édifice,