Ouvrir le menu principal

Page:Viollet-le-Duc - Dictionnaire raisonné de l’architecture française du XIe au XVIe siècle, 1854-1868, tome 3.djvu/381

Cette page a été validée par deux contributeurs.
[clocher]
— 378 —

ment conservée. Le passage du carré à l’octogone est assez adroitement ménagé, mais on ne trouve pas, entre les hauteurs relatives des étages de cet édifice, les proportions heureuses que nous présentent les clochers de l’Île-de-France. L’étage du beffroi n’a pas assez d’importance ; celui de l’arcature aveugle en a trop, ou plutôt il y a un défaut choquant de proportions dans l’égalité de hauteur de ces deux étages. Les quatre gâbles à la base de la pyramide sont assez médiocrement arrangés ; l’étage octogone au-dessous est pauvre et les quatre pinacles mesquins. Cependant l’ensemble de l’édifice produit, en exécution, un effet très-heureux, et ce qui rachète les défauts de détail, c’est la silhouette générale finement étudiée. Les lignes horizontales, si nécessaires dans tout édifice de pierre, pour donner l’idée de la stabilité et rappeler une construction élevée en assises, ne dérangent pas le galbe qui, de la base au sommet, donne une ligne se retraitant successivement sans ressauts brusques. Les quatre pinacles, dont les sommets dépassent l’arase de la corniche supérieure, plus encore par l’effet de la perspective que sur le tracé géométral, relient la base carrée à la pyramide. On sent ici un art très-