Ouvrir le menu principal

Page:Viollet-le-Duc - Dictionnaire raisonné de l’architecture française du XIe au XVIe siècle, 1854-1868, tome 3.djvu/378

Cette page a été validée par deux contributeurs.
[clocher]
— 375 —

France ou des provinces voisines, pour examiner comment, vers la même époque, c’est-à-dire du XIIe au XIIIe siècle, les contrées éloignées de ce centre d’architecture se transformèrent et passèrent des formes romanes aux formes gothiques. Dans ces contrées, la transition fut plus longue, plus indécise, et la révolution ne fut complète que quand les écoles purement françaises réagirent sur les provinces les plus éloignées de ce foyer de la belle et bonne architecture gothique.

Nos lecteurs ont vu que les clochers centrals de la Saône, de Saône-et-Loire, lesquels appartiennent au style bourguignon, étaient un composé des traditions carlovingiennes du Rhin et des influences locales produites par la présence de monuments romains : c’est pourquoi nous avons, sur notre carte (fig. 58), placé le foyer de cette école à Autun. Mais, à Autun même, il n’existe pas de clocher antérieur au XVe siècle qui ait quelque valeur ; il nous faut aller trouver les types bourguignons du commencement du XIIe siècle à Beaune, à Saulieu. À Beaune, un clocher central présente un étage primitif qui possède tous les caractères du type bourguignon romain. L’église de Saulieu conserve ses deux clochers de façade à peu près entiers, dans le même caractère. Nous trouvons le type bourguignon très-développé, quoique un peu mélangé, à la Charité-sur-Loire. L’église abbatiale de la Charité-sur-Loire, dépendant de l’ordre de Cluny, bâtie dans la première moitié du XIIe siècle, était précédée, comme toutes les églises de cet ordre, d’un vaste narthex, sur les collatéraux duquel s’élevaient deux gros clochers ; l’une de ces deux tours existe encore en entier, sauf le couronnement, qui est en charpente et d’une époque plus récente.

Voici (66) une vue perspective de ce clocher, prise de l’intérieur du narthex, détruit aujourd’hui, et dont on voit la naissance des voûtes en A. Ici, comme dans l’architecture de cette époque et de la province de Bourgogne, les pilastres cannelés remplacent presque partout les colonnes portant les archivoltes. Les bandeaux sont ou à modillons, ou décorés de ces petites arcatures si fréquentes dans l’architecture carlovingienne du Rhin. L’arcature aveugle de l’étage inférieur en B et la construction montée en pierres de grand appareil, sorte de placage sur un massif, sont surtout franchement bourguignonnes. Mais ce qu’il ne faut pas omettre, c’est ce bandeau D, plaqué de rosaces et de bas-reliefs d’ornements qui semblent être des fragments antiques incrustés dans la bâtisse. Nous en donnons un détail (67). Du reste, l’aspect de cette tour est majestueux ; ce qu’on pourrait lui reprocher, c’est une certaine lourdeur et cette division du beffroi en deux étages égaux comme hauteur et semblables comme décoration. Mais il ne faut pas oublier qu’à cette époque on ne posait pas des abat-sons aux baies des beffrois, et que les architectes cherchaient à garantir les charpentes intérieures portant les cloches, en divisant les vides autant que faire se pouvait, tout en suppléant par leur nombre à l’étroitesse de leur ouverture. Cependant, sur les bords du Rhin, dès le XIIe siècle, ainsi que nous l’avons vu plus haut, les architectes cherchaient