Ouvrir le menu principal

Page:Viollet-le-Duc - Dictionnaire raisonné de l’architecture française du XIe au XVIe siècle, 1854-1868, tome 3.djvu/352

Cette page a été validée par deux contributeurs.
[clocher]
— 349 —

Un petit escalier, en tour ronde, placé en dehors, monte au premier étage ; de là on ne pouvait arriver au beffroi, comme dans presque tous les clochers romans, que par des échelles placées intérieurement.

Un des caractères qui distinguent les clochers romans de l’Île de France, du Beauvoisis et même de la Normandie, jusqu’au moment de l’avénement du style gothique, ce sont ces pyramides de pierre peu élevées, trapues. Presque tous ces couronnements ont été détruits dans ces climats humides ; leurs pentes peu inclinées, recevant la pluie de plein fouet, ont dû se dégrader rapidement et furent remplacées, dès le commencement du XIIIe siècle, surtout en Normandie, par des pyramides très-aiguës. Il existe dans cette province, près de Caen, un petit clocher du XIe siècle, primitivement bâti sur le porche de l’église de Thaon, qui a conservé sa pyramide trapue et carrée comme celles des clochers romans de l’Ouest de la même époque. Ce clocher est pour nous d’autant plus intéressant qu’il est encore empreint des traditions défensives des tours primitives élevées sur les porches. Son escalier, qui, du rez-de-chaussée jusqu’au-dessus de la voûte du porche, est pris aux dépens de l’épaisseur d’une des quatre piles, ne reprend sa révolution, à partir du premier étage, que le long de la pile opposée, de manière à interrompre ainsi la circulation. De plus, le clocher au-dessus du rez-de-chaussée s’élève en retraite sur les arcs doubleaux intérieurs du porche, de façon à laisser, entre l’étage inférieur et le clocher proprement dit, au niveau du dessus de la voûte de ce porche, une sorte de chemin de ronde, qui pouvait bien être primitivement muni d’un parapet de défense.

Plan.clocher.eglise.Thaon.png

Voici (50) les plans superposés du rez-de-chaussée de ce clocher et du