Ouvrir le menu principal

Page:Viollet-le-Duc - Dictionnaire raisonné de l’architecture française du XIe au XVIe siècle, 1854-1868, tome 3.djvu/348

Cette page a été validée par deux contributeurs.
[clocher]
— 345 —

manière à laisser l’entrée de l’église parfaitement libre (voy. Église). Par un besoin de symétrie fort naturel, si l’on bâtissait les clochers à côté de la façade ou sur les flancs des sanctuaires, au lieu d’un seul clocher on en élevait souvent deux, et, loin de leur conserver l’aspect traditionnel d’une tour de défense, on cherchait au contraire à les rendre élégants, afin que leur masse n’écrasât pas en apparence les constructions de l’église. Cependant on n’osa pas tout d’abord les planter à cheval sur les bas-côtés, et les supporter en partie sur la première pile isolée des collatéraux. Ils montaient de fond ; leur rez-de-chaussée formait une petite salle servant de baptistère ou de chapelle des morts, s’ils étaient posés proche de la façade occidentale, ou tenait lieu de sacristie et de trésor, s’ils étaient bâtis proche du sanctuaire.

Les grandes églises abbatiales, ou les paroisses fort importantes, élevaient souvent deux clochers des deux côtés de la façade et deux autres près du sanctuaire ; mais les petites églises des XIe et XIIe siècles, ne pouvant avoir qu’un clocher, le bâtissaient de préférence près du chœur. Dans l’Île de France et le Beauvoisis, cette disposition est assez fréquente et s’accordait parfaitement avec les nécessités du culte. Le village de Nesle, près l’Île-Adam (Oise), a conservé une charmante église dont la construction remonte aux dernières années du XIIe siècle, et qui s’est accolée à un clocher plus ancien (premières années du XIIe), de manière à placer ce clocher sur le flanc méridional du chœur. Cette église est dépourvue de transsepts, et le clocher s’est trouvé englobé dans le collatéral ; il devait être primitivement détaché, et bâti probablement le long d’une église à une seule nef. Le clocher de l’église de Nesle est un des mieux conçus et des mieux bâtis parmi les nombreux exemples fournis par cette province et cette époque, la plus fertile en beaux clochers.

Nous en donnons l’élévation (48). Au-dessus d’un rez-de-chaussée bien empatté et solide, percé d’une petite fenêtre, s’élèvent deux étages ouverts destinés au beffroi. La flèche en pierre qui couronne le dernier étage n’est déjà plus élevée, comme à Morienval, sur plan carré, mais sur un octogone dont les quatre faces diagonales sont portées sur quatre trompillons intérieurs. Quatre pinacles à base carrée, pleins, chargent les angles de la tour et la queue des claveaux des trompillons. Ce monument, d’une petite dimension, est remarquablement étudié dans son ensemble comme dans ses détails. On remarquera comme les corniches A et B se marient adroitement aux têtes des contreforts d’angles, qui ne sont que des colonnes engagées. La sculpture est fine, sobre, et n’est appliquée qu’aux chapiteaux. Les archivoltes sont simplement décorées de dents-de-scie. Les profils sont délicats, d’un excellent style ; partout la construction est apparente et est intimement liée à la décoration. Il n’est pas besoin de dire que le rez-de-chaussée seul est voûté. Le clocher de l’église de Nesle est construit d’après les données romanes. Mais déjà, au commencement du XIIe siècle, les architectes de cette province, cherchant à s’affranchir de ces traditions, essayaient certaines dispositions neuves,