Ouvrir le menu principal

Page:Viollet-le-Duc - Dictionnaire raisonné de l’architecture française du XIe au XVIe siècle, 1854-1868, tome 3.djvu/321

Cette page a été validée par deux contributeurs.
[clocher]
— 318 —
Book important2.svg Les corrections sont expliquées en page de discussion



étage orné d’une arcature aveugle surmontant un soubassement, d’un étage à jour et d’une flèche pyramidale en pierre dont les côtés sont légèrement convexes en se rapprochant de la corniche.

Nous donnons (26) une vue perspective de ce clocher, bien construit en grès. On remarquera, aux angles de chacun des deux étages, les décorations plaquées qui rappellent les amortissements de couronnement que nous avons vus à la base des flèches des clochers d’Isômes et de Guebviller. Le clocher de Schelestadt est contemporain de celui-ci ; il appartient à la fin du XIe siècle ou au commencement du XIIe. Peu variés dans leur composition d’ensemble et dans leurs détails, les clochers centrals rhénans de l’époque romane se rapprochent plus ou moins de ces deux exemples[1]. Il nous faut revenir maintenant aux dérivés les plus éloignés du clocher de Saint-Front de Périgueux. On a vu que l’un des caractères particuliers au clocher de Saint-Front consiste en certaines colonnes engagées qui séparent les arcades comme les ordres de l’architecture romaine. On retrouve cette disposition dans beaucoup de clochers centrals de l’Angoumois, de la Saintonge et du Périgord ; elle est franchement adoptée dans le clocher de l’église de Montmoreau (Charente), dans ceux de Ségonzac, de Jonsac ; et nous la voyons suivie jusque dans des provinces éloignées qui cependant subissent l’influence de l’architecture des côtes occidentales, comme dans le Poitou et jusque dans le Berry. Le clocher de l’église haute de Loches, bâti sur le sanctuaire, conserve non-seulement cette disposition des clochers périgourdins, mais aussi les pinacles d’angles ; quant à sa flèche, elle est à huit pans au lieu d’être conique. Mais les architectes du XIIe siècle qui ont élevé ce clocher, habiles constructeurs, ont compris qu’une seule colonne engagée à l’angle des étages carrés, comme à Saint-Front, ne suffisait pas pour maintenir la poussée des arcs et qu’il fallait renforcer ces angles. Ils ont donc éloigné les colonnes engagées de ces angles, afin de leur laisser une grande force, et ont ainsi rapproché les arcades doubles l’une de l’autre, sur chaque face. D’après cette méthode les angles épais, chargés par des pinacles, pèsent verticalement sur les quatre points d’appui inférieurs et maintiennent la stabilité de la tour. Au point de vue de la construction, le clocher central de l’église de Loches est un des mieux étudiés suivant les traditions du Périgord, et la planche 27 en offre une vue perspective.

Profitant des deux styles venus de l’Est et de l’Ouest, les architectes des provinces du domaine royal élèvent sur leurs églises, pendant le XIIe siècle, des tours centrales qui subissent ces deux influences, mais prennent bientôt, comme toute l’architecture de cette époque et de ce territoire, un caractère propre qui est réellement le style français. Nous en trouvons un exemple remarquable à Poissy, dans l’église collégiale. Sur la dernière travée de la nef, à l’entrée du chœur (car cette église est dépourvue de transsepts), s’élève un clocher portant sur quatre piliers. Sa base est

  1. Nous devons ces deux derniers dessins à l’obligeance de M. Bœswilwald.