Ouvrir le menu principal

Page:Viollet-le-Duc - Dictionnaire raisonné de l’architecture française du XIe au XVIe siècle, 1854-1868, tome 3.djvu/313

Cette page a été validée par deux contributeurs.
[clocher]
— 310 —

gonal à jour. Nous donnons (21) l’élévation de ce clocher[1]. On voit comment les pendentifs de la coupole sont couverts par les triangles a ressauts, et comment, du socle carré portant sur les quatre piles et les arcs doubleaux, la construction arrive à l’octogone parfait. La coupe (22) indique l’ensemble de cette construction.

Clocher.Obasine.png

Ce système, dérivé de l’école de Périgueux, prévaut dans le Languedoc jusqu’à la fin du XIIIe siècle, et le grand clocher central de Saint-Sernin de Toulouse, bâti en pierre et en brique, vers le milieu du XIIIe siècle, est encore construit conformément à ce principe. Nous trouvons aussi des clochers centrals octogones de l’époque de transition dans les provinces du centre, dans l’église de Cogniat (Allier), par exemple[2], et jusqu’en Bourgogne. La belle église de Paray-le-Monial (Saône-et-Loire) possède

  1. La flèche en pierre n’existe plus et a été remplacée par un comble en charpente.
  2. Le clocher de l’église de Cogniat, qui ressemble beaucoup à celui de l’église d’Obasine et qui est plus ancien, a conservé sa flèche en pierre à base octogone. Il est gravé dans la Revue d’Architecture de M. César Daly, t. XII, nos 3, 4, 5 et 6.