Ouvrir le menu principal

Page:Viollet-le-Duc - Dictionnaire raisonné de l’architecture française du XIe au XVIe siècle, 1854-1868, tome 3.djvu/29

Cette page a été validée par deux contributeurs.
[charpente]
— 26 —

maçonneries ; les plafonds, les chevronnages lambrissés furent remplacés par des berceaux plein-cintre ou tiers-point, laissant passer les entraits à leur base, et logés dans la hauteur du comble. Ce système était fort économique, en ce qu’il évitait la construction des voûtes en maçonnerie, les contreforts nécessaires pour les contrebutter, et en ce qu’il ne perdait pas tout l’espace compris, dans les édifices voûtés, entre ces voûtes et le faîte des combles.

Peu d’exemples suffiront pour faire comprendre le système des charpentes apparentes adopté au moment où naît l’architecture ogivale, et qui ne cesse d’être employé qu’à la fin du XVIe siècle. Nous choisirons l’un des mieux combinés et des plus légers qui date du milieu du XIIIe siècle ; c’est la charpente de la grande salle de l’ancien évêché d’Auxerre, aujourd’hui approprié à la préfecture[1].

Charpente.eveche.Auxerre.png

En A (19), nous présentons l’une des fermes ; entre l’entrait B et

  1. Cette charpente est aujourd’hui cachée par des plafonds et des distributions intérieures. Elle est en place, cependant, et a conservé presque partout son lambrissage.