Ouvrir le menu principal

Page:Viollet-le-Duc - Dictionnaire raisonné de l’architecture française du XIe au XVIe siècle, 1854-1868, tome 3.djvu/28

Cette page a été validée par deux contributeurs.
[charpente]
— 25 —

glissement de la tuile, que le fil du bois posé suivant la pente eût occasionné facilement.

Charpente.cathedrale.Messine.2.png


Cette charpente, si simple dans ses combinaisons, est décorée de la façon la plus splendide par des peintures et des dorures. Le petit plafond sous-faîte se compose de deux rangs de caissons étoilés et creusés en forme de petites coupoles, pénétrant dans les entre-deux des châssis C, fig. 17. Une sorte de pâte ou de mastic revêt ce plafond et se détache sur les fonds, en fleurons et tigettes peu saillants. Cette partie de la charpente est particulièrement riche en dorure et en magnifiques ornements peints, de sorte qu’en entrant dans la cathédrale de Messine on est tout d’abord frappé par cette ligne de caissons disposés suivant l’axe de l’édifice et qui conduisait l’œil à la riche mosaïque absidale qui existait autrefois au-dessus du sanctuaire. Les arbalétriers et les chevronnages ont admis des tons plus sombres, comme pour faire ressortir davantage l’éclat de cette épine toute semée d’azur clair et de tons blancs et roses sur des fonds d’or (voy. Peinture ).

Vers le milieu du XIIe siècle, les architectes renoncèrent à ce système de charpente ; ils sentirent la nécessité d’employer des bois d’un équarrissage moins fort, plus faciles à se procurer par conséquent, et plus légers ; employant des bois moins gros, il fallut donner aux arbalétriers une plus grande inclinaison, afin qu’ils ne fléchissent pas sous le poids de la couverture, et, dans les grandes charpentes, suspendre les entraits au milieu de leur portée. Excepté dans les provinces méridionales, où les charpentes conservèrent une faible inclinaison, partout en France et en Angleterre, on modifia, à la fin du XIIe siècle, le système des charpentes apparentes comme on avait modifié le mode de construction des