Ouvrir le menu principal

Page:Viollet-le-Duc - Dictionnaire raisonné de l’architecture française du XIe au XVIe siècle, 1854-1868, tome 3.djvu/270

Cette page a été validée par deux contributeurs.
[clef]
— 267 —

diamètre est complètement peinte, les feuillages en vert, les fonds en brun rouge et les vêtements des deux personnages de diverses couleurs, dans lesquelles le bleu et le rouge dominent. Nous donnons (14) une copie de cette belle clef.

Clef.voute.Semur.en.Auxois.png

Il arrivait souvent qu’en construisant, les sculpteurs n’avaient pas le temps de ciseler les clefs de voûtes avant la pose, ou que, la saillie de la sculpture gênant les appareilleurs pour poser la clef sur les cintres, on laissait celle-ci unie à l’intérieur et que l’on accrochait après coup des rosaces sculptées dans du bois, sous le plateau lisse de la pierre ; c’est ainsi que sont décorées la plupart des clefs des voûtes de la Sainte-Chapelle basse à Paris, et ces rosaces sont taillées de main de maître. Nous en montrons ci-après un exemple (15) qui date de 1240, ou environ. Le feuillage y est rendu avec une souplesse qui accuse déjà la recherche de l’imitation scrupuleuse de la nature[1].

La clef d’une voûte en arcs d’ogives doit être placée tout d’abord au sommet des cintres avant la pose des claveaux d’arêtiers, car c’est elle qui sert de guide, de repère pour bander les deux arcs croisés de manière à ce

  1. Ce sont des feuilles d’érable des forêts.