Ouvrir le menu principal

Page:Viollet-le-Duc - Dictionnaire raisonné de l’architecture française du XIe au XVIe siècle, 1854-1868, tome 3.djvu/261

Cette page a été validée par deux contributeurs.
[clef]
— 258 —

dépourvues d’arêtiers ; l’une de ces deux voûtes, dont la construction remonte à 1130 environ, présente, à l’intersection des deux arcs, une belle clef richement sculptée, que nous donnons (2).

Clef.arc.ogive.Vezelay.png


Percée au centre, pour permettre le passage d’un fil propre à suspendre un lustre, cette clef présente, sur deux côtés, entre les arêtiers, des figures de chérubins nimbés dont les yeux sont remplis d’un mastic noir figurant les prunelles. Autour du trou central se renversent des feuilles largement refouillées[1].

L’idée de suspendre des figures d’anges aux voûtes devait naturellement se présenter la première, et beaucoup de voûtes d’églises de la seconde moitié du XIIe siècle étaient décorées de cette façon. Mais il en existe peu aujourd’hui qui datent de cette époque reculée, les XIIIe et XIVe siècles ayant reconstruit une grande quantité de voûtes par suite d’incendies ou de vices dans ces constructions primitives, exécutées souvent par des architectes qui tâtonnaient. On peut admettre, si l’on examine les quelques exemples existant encore de nos jours, que les artistes du XIIe siècle avaient prodigué la sculpture dans les voûtes, genre

  1. Cette clef, qui était brisée en plusieurs morceaux, a dû être remplacée par mesure de solidité ; mais elle a été scrupuleusement reproduite, et les fragments de l’ancienne clef sont déposés dans le musée de l’église.