Ouvrir le menu principal

Page:Viollet-le-Duc - Dictionnaire raisonné de l’architecture française du XIe au XVIe siècle, 1854-1868, tome 3.djvu/257

Cette page a été validée par deux contributeurs.
[claveau]
— 254 —

présentent un rang de feuillages entrelacés complètement à jour, derrière lequel les sculpteurs ont eu la patience de ciseler des palmettes qui garnissent le fond de la gorge, ainsi que l’indique la section B. En C est tracé le fond de la gorge ; en D les palmettes, et en E les feuillages ajourés compris exactement dans l’épannelage du claveau. L’autre rang de claveaux, figuré en F, présente des dessins découpés à vif sur l’épannelage ; cette sorte de broderie, creusée profondément, donne la section G. Plus tard, les rinceaux de feuillages, et plus fréquemment des figures, décorent les claveaux d’archivoltes, mais en observant toujours la règle primitive, savoir : que chaque ornement ou figure doit être comprise dans un claveau. Il y a très-peu d’exceptions à cette règle. Cependant, au portail occidental de l’église abbatiale de Saint-Denis, on voit les figures des vingt-quatre vieillards de l’Apocalypse sculptées dans deux ou trois claveaux, et, par conséquent, taillés sur le tas après la pose.

Les claveaux de plates-bandes sont rares pendant les périodes romane et gothique ; cependant force fut, dans quelques contrées où la pierre à bâtir n’était extraite qu’en petites dimensions, de faire des linteaux de porte composés de claveaux. Dans le Beauvoisis on rencontre assez fréquemment des linteaux de porte appareillés appartenant au XIIe siècle ; mais les claveaux de plate-bande ne présentent jamais, à cette époque, des coupes tendant à un centre, comme dans l’architecture romaine ; ils sont maintenus dans leur plan au moyen de coupes enchevêtrées, qui rendent tout glissement impossible. On voit un de ces linteaux de porte le long du flanc nord de l’église Saint-Étienne de Beauvais (7).

Claveau.cathedrale.Rouen.png

La difficulté résultant de la taille et de la pose de plates-bandes ainsi appareillées fit qu’au XIIIe siècle, alors que l’on extrayait des carrières des pierres d’un fort volume, on abandonna ces moyens de construction compliqués, à moins d’une nécessité absolue, comme, par exemple, pour les manteaux de cheminée ; et, dans ce cas particulier, les claveaux des manteaux sont appareillés à crossettes, ou suivant des coupes tendant à un centre (voy. Appareil, Cheminée).