Ouvrir le menu principal

Page:Viollet-le-Duc - Dictionnaire raisonné de l’architecture française du XIe au XVIe siècle, 1854-1868, tome 3.djvu/222

Cette page a été validée par deux contributeurs.
Book important2.svg Les corrections sont expliquées en page de discussion
[chéneau]
— 219 —



des arcs en saillie sur le nu des murs, leurs sommiers partent de la tête des contreforts, et sont surmontés du côté du dehors d’un acrotère en talus composé de plusieurs assises, ainsi que l’indique le profil A. On ne peut expliquer la hauteur extraordinaire de ce revers de chéneau que comme une garde destinée à empêcher les tuiles ou ardoises qui se détachent de la couverture de tomber sur la voie publique, et à contenir la neige qui glissait le long des rampants des combles[1]. Nous trouvons des chéneaux analogues à ceux-ci au-dessus du triforium du chœur de l’église Saint-Étienne de Caen, et qui sont d’une date un peu moins ancienne. Les chapelles absidales de l’église haute de Chauvigny près Poitiers, qui datent de la première moitié du XIIe siècle, possèdent également des acrotères formant chéneau au-dessus de la corniche. Des gargouilles peu saillantes, ou de simples trous percés de distance en distance, jetaient les eaux pluviales à l’extérieur. Dans l’Île de France, la Champagne et la Bourgogne, les chéneaux n’apparaissent qu’au XIIIe siècle. Mais la disposition des premiers chéneaux de cette époque exige quelques développements.

Bien que les murs des édifices romans fussent fort épais, les charpentes des combles présentaient des pentes inclinées suivant un angle plutôt au-dessous qu’au-dessus de 45 degrés ; les pieds de ces charpentes exigeaient alors une large assiette (voy. Charpente), et les bouts des chevrons ainsi que la volige et la tuile arrivaient au bord des corniches, d’ailleurs peu saillantes ; il ne restait pas de place pour établir des chéneaux à la chute des combles, et les eaux tombaient directement sur le sol ou sur les combles inférieurs. On reconnut les inconvénients de ce système primitif ; les eaux en s’égouttant ainsi le long des parements les altéraient, entretenaient l’humidité à la base des murs et pourrissaient la fondation ; si une tuile venait à glisser, elle tombait sur la tête des passants ou sur un comble inférieur ; dans ce dernier cas, elle brisait un grand nombre de tuiles et faisait un trou dans cette toiture. Si l’on était dans la nécessité de réparer les couvertures, les couvreurs, ne pouvant appuyer le pied de leurs échelles nulle part, risquaient de glisser avec elles ou, tout au moins, faisaient des dégâts considérables en posant ces échelles sur la couverture même. Cependant, par suite du nouveau système de construction mis en pratique par les architectes gothiques, ceux-ci étaient amenés à diminuer de plus en plus les épaisseurs des murs et même à les supprimer entièrement. C’est alors qu’ils prirent le parti de rendre les chéneaux, pour ainsi dire, indépendants de la construction, en les portant en saillie sur des corniches ou sur des arcs, ou bien de faire porter les charpentes sur les formerets des voûtes bandés à une certaine distance des murs à l’intérieur, et de poser les chéneaux, sur l’intervalle restant entre ces formerets et le mur extérieur, réduit alors à une faible épaisseur. Ce dernier système fut appliqué en Bourgogne et en Champagne. Dans

  1. L’exemple que nous donnons ici est tiré des chapelles absidales de la cathédrale de Rouen (fin du XIIe siècle).