Ouvrir le menu principal

Page:Viollet-le-Duc - Dictionnaire raisonné de l’architecture française du XIe au XVIe siècle, 1854-1868, tome 3.djvu/220

Cette page a été validée par deux contributeurs.
[chéneau]
— 217 —

ceux-ci arrivèrent à donner aux tuyaux des cheminées, au-dessus des combles, une telle importance qu’il est souvent difficile de savoir ce que contiennent ces énormes piles de pierre couvertes de colonnettes, de frontons, de panneaux et de sculptures. Les châteaux de Chambord, de Blois, d’Écouen et tant d’autres, présentent quantité de ces tuyaux massifs couverts d’ornements qui, à distance, détruisent les lignes principales des combles et ressemblent aux ruines de quelque monument gigantesque.

Tetes.de.cheminee.medievales.png

Sous le règne de Louis XIV, on tomba d’un excès dans un pire ; le retour vers ce que l’on croyait alors être l’architecture romaine fit supprimer les combles apparents et par suite les tuyaux de cheminée. Mais, comme en France on se chauffe six mois de l’année, il fallut, bon gré mal gré, surmonter après coup les acrotères et terrasses antiques des édifices par d’horribles tuyaux de brique, de plâtre et de tôle. On est revenu, ces temps derniers, à des principes plus raisonnés, et les architectes ne paraissent pas craindre de montrer franchement à l’extérieur les tuyaux de nos cheminées.

CHÉNEAU, s. m. Chenal, chenai, échenai. C’est le nom que l’on donne à un conduit en pierre, en terre cuite, en bois ou en métal, qui, recevant les eaux d’un comble, les dirigent, par des pentes douces, vers des issues ménagées dans la construction des édifices.

Les monuments de l’antiquité païenne, dès une époque fort reculée, possédaient des chéneaux à la chute des pentes des combles. Les temples