Ouvrir le menu principal

Page:Viollet-le-Duc - Dictionnaire raisonné de l’architecture française du XIe au XVIe siècle, 1854-1868, tome 3.djvu/215

Cette page a été validée par deux contributeurs.
[cheminée]
— 212 —

de s’introduire sous la couverture. Ce sont là des précautions de détail qui accusent la prévoyance extrême et le soin des constructeurs du moyen âge, précautions fort négligées aujourd’hui.

Tuyau.cheminee.chateau.Semur.en.Auxois.png


Mais, jusqu’au XIVe siècle, même dans les grandes constructions civiles ou monastiques, les cheminées sont rarement superposées ; si plusieurs étages d’un même bâtiment en sont pourvus, on évite de les placer au-dessus les unes des autres, elles se chevauchent au contraire ou sont opposées, afin de laisser chaque tuyau isolé ; tandis qu’à partir de cette époque, l’usage des cheminées s’étant fort répandu, on voulut non-seulement en avoir dans toutes les pièces importantes, mais encore les placer les unes au-dessus des autres ; dès lors, les tours, les pignons de bâtiments d’habitation reçurent deux, trois, quatre tuyaux de cheminée juxtaposés. Il fallait avoir un tuyau pour chacune de ces cheminées et les séparer par des languettes ; ces constructions furent exécutées avec un soin minutieux. Au lieu d’être cylindriques à l’intérieur, les tuyaux donnent, dans ce cas, les sections horizontales de parallélogrammes très-allongés séparés par des cloisons de 0,10 c. à 0,20 c. d’épaisseur. Ainsi sont pratiqués les tuyaux des trois cheminées superposées du donjon de Pierrefonds, dont nous donnons (18) en P la coupe transversale et en A la section horizontale au niveau A. Les languettes BB′ sont en pierre bien parementées et dressées. En CC′C″ sont réservés de petits renfoncements carrés, pour recevoir la plaque de fonte de fer du