Ouvrir le menu principal

Page:Viollet-le-Duc - Dictionnaire raisonné de l’architecture française du XIe au XVIe siècle, 1854-1868, tome 3.djvu/202

Cette page a été validée par deux contributeurs.
[cheminée]
— 199 —

couché, réunissait autour de son foyer non-seulement les membres de sa famille, mais ses serviteurs, ses hommes qui revenaient des champs, les voyageurs auxquels on donnait l’hospitalité ; c’était devant la flamme claire qui pétillait dans l’âtre que chacun rendait compte de l’emploi de son temps pendant le jour, que l’on servait le souper partagé entre tous, que l’on racontait ces interminables légendes recueillies aujourd’hui avec tant de soin et dont les récits diffus ne s’accordent plus guère avec notre impatience moderne.

Cheminee.maison.Cluny.png


Une longue chandelle de suif, de résine ou de cire, posée sur la tablette qui joignait le manteau de la cheminée, ou fichée dans une pointe de fer, et la brillante flamme du foyer éclairaient les personnages ainsi réunis, permettaient aux femmes de filer ou de travailler à quelque ouvrage d’aiguille. Lorsque sonnait le couvre-feu, chacun allait trouver son lit, et la braise, amoncelée par un serviteur, au moyen de longues pelles de fer, entretenait la chaleur dans la salle pendant une partie de la nuit, car le maître, sa femme, ses enfants, avaient leurs lits encourtinés dans la salle ; souvent les étrangers et quelques familiers couchaient aussi dans cette salle, sur des bancs garnis de coussins, sur des châlits ou des litières.