Ouvrir le menu principal

Page:Viollet-le-Duc - Dictionnaire raisonné de l’architecture française du XIe au XVIe siècle, 1854-1868, tome 3.djvu/182

Cette page a été validée par deux contributeurs.
[château]
— 179 —

des dispositions d’ensemble de cette résidence, qui fut l’asile de tant de personnages illustres et de beaux esprits. Voici ce qu’en dit Ducerceau[1] : « Le bastiment consiste en deux places ; la première est une court E, en laquelle sont quelques bastimens ordonnez pour les offices ; la seconde est une autre court estant comme triangulaire, et est eslevée plus haute que la première de quelque neuf ou dix pieds, et faut monter de la première pour parvenir à la seconde. » On voit en effet, à côté du pont, le petit escalier qui gagne la différence de niveau entre les deux cours. « Entour de laquelle (court triangulaire) de tous costez est le bastiment seigneurial, faict de bonne manière et bien basty. Iceluy bastiment et court sont fondez sur un rocher, dans lequel y a caves à deux estages, sentant plutost, pour l’ordonnance, un laberinthe qu’une cave, tant y a d’allées les unes aux autres, et toutes voultées. Pour le regard de l’ordonnance du bastiment seigneurial il ne tient parfaictement de l’art antique ne moderne, mais des deux meslez ensemble. Les faces en sont belles et riches… En la court première est l’entrée du logis, » par la grande salle D. « Les faces des bastimens estans en icelle tant dans la court que dehors, suivent l’art antique, bien conduicts et accoustrez. Ces deux courts avec leurs bastimens sont fermez d’une grande eau en manière d’estang dont entre icelles y a séparation comme d’un fossé, par laquelle séparation ladite eau passe au travers. Au-dessus y a un pont pour aller et venir d’une des courts à l’autre. Joignant le grand corps de logis y a une terrace A, pratiquée d’un bout du parc, à laquelle on va de la court du logis seigneurial par le moyen d’un pont P estant sur l’eau, lequel faict séparation du logis seigneurial et de la terrace, et d’icelle on vient au parc pardessus un arc, sur lequel est praticqué un passage couvert… Ce lieu est accompagné d’un grand jardin B, à l’un des costez duquel est une galerie à arceaux (portique), eslevée un peu plus haut que le rez du jardin. D’un costé d’iceluy jardin est la basse-court I, en laquelle sont plusieurs bastimens ordonnés pour écuries. Outre le grand jardin, et prochain iceluy, y en a un autre, non pas de telle grandeur. Iceux jardins sont environnés de places, esquelles aucunes sont bois, prez, taillis, cerizaies, forts d’arbres, et autres commoditez. Aucunes d’icelles places sont fermées par canaux, les autres non ; et en ces places est la haironnerie. Le parc est fort grand, à l’entrée duquel à sçavoir du costé du chasteau, est une eau, qui donne un grand plaisir. Ce lieu est fermé du costé de Paris, de la forest de Senlis, dans laquelle y a une voûte pour aller du lieu au grand chemin de Paris. En somme, ce lieu est tenu pour une des plus belles places de France. »

Dans cette résidence, qui, au point de vue de la construction, n’a rien en réalité d’une forteresse ; nous voyons encore toutes les dispositions du château féodal conservées. Isolement au moyen d’étangs et de fossés pleins

  1. Les plus excellens bastimens de France, liv. II.