Ouvrir le menu principal

Page:Viollet-le-Duc - Dictionnaire raisonné de l’architecture française du XIe au XVIe siècle, 1854-1868, tome 3.djvu/168

Cette page a été validée par deux contributeurs.
[château]
— 165 —

cependant que l’artillerie à feu commence à préoccuper les constructeurs ; ceux-ci n’abandonnent pas l’ancien système de courtines flanquées de tours, système consacré par un trop long usage pour être mis brusquement de côté ; mais ils le modifient dans les détails ; ils étendent les défenses extérieures et ne songent pas encore à placer du canon sur les tours et courtines. Conservant les couronnements pour la défense rapprochée, ils garnissent de bouches à feu les parties inférieures des tours.

Cette transition est fort intéressante à étudier, et quoique nous possédions peu de châteaux qui aient été bâtis d’un seul jet pendant le règne de Charles VII, il en est un cependant que nous donnerons ici, tant à cause de son état de conservation que parce que son système de défense est suivi avec méthode dans toutes ses parties ; c’est le château de Bonaguil. Sis à quelques kilomètres de Villeneuve-d’Agen, ce château est bâti sur un promontoire qui commande un défilé ; son assiette est celle de tous les châteaux de montagne ; entouré d’escarpements, il n’est accessible que d’un seul côté.

Plan.chateau.Bonaguil.png

En voici le plan (28)[1] : en A est la première entrée, munie d’un pont-levis et s’ouvrant dans un ouvrage avancé, sorte de barbacane ou de boulevard O. On voit ici déjà que les constructeurs se sont efforcés de flanquer cette première défense. En R étaient des écuries probablement.

  1. Ce plan est à l’échelle de 0,007 mill. pour mètre.