Ouvrir le menu principal

Page:Viollet-le-Duc - Dictionnaire raisonné de l’architecture française du XIe au XVIe siècle, 1854-1868, tome 3.djvu/156

Cette page a été validée par deux contributeurs.
[chateau]
— 153 —

elle est flanquée de contreforts portant à leur sommet des échauguettes, qui permettaient de voir ce qui se passait dans la campagne par-dessus la courtine T, la seule qui ne soit pas doublée par des bâtiments, car l’espace Q est une cour. En V, la courtine T est percée d’une large poterne munie de vantaux et d’un pont-levis ; le seuil de cette poterne est placé à huit mètres au-dessus de la base extérieure de la muraille. À partir de cette base, l’escarpement du plateau étant assez abrupt, il n’est guère possible d’admettre qu’un pont à niveau donnait accès à la poterne ; quoique en face, à cinquante mètres environ du rempart, il existe un mamelon qui paraît élevé en partie à main d’homme et qui semble avoir été surmonté d’un châtelet. Nous serions disposés à croire que la poterne V était munie d’une de ces trémies assez fréquemment employées dans les châteaux pour faire entrer, au moyen d’un treuil, les approvisionnements de toute nature, sans être obligé d’admettre des personnes étrangères à la garnison dans l’enceinte intérieure ; dans ce cas, le châtelet, placé sur le mamelon en dehors, aurait été destiné à masquer et à protéger l’introduction des approvisionnements. Comme surcroît de précaution, le contrefort nord-est de la tour O, relié à la chapelle Y, est percé d’une porte garnie de vantaux et d’une herse. Si donc il était nécessaire d’admettre des étrangers dans la cour Q pour l’approvisionnement du château, ceux-ci ne pouvaient pénétrer dans la cour intérieure, ni même voir ce qui s’y passait. Nous verrons tout à l’heure quelle était l’utilité double de cette porte X. La tour carrée O possède cinq étages au-dessus du rez-de-chaussée, se démanchant avec les planchers du donjon et ne communiquant, comme nous l’avons dit, avec ceux-ci que par des passages détournés et des bouts de rampes. C’était un ouvrage qui, au besoin, pouvait s’isoler, commandait les dehors par son élévation, donnait des signaux aux défenses supérieures de la grosse tour I et en pouvait recevoir. Les deux entrées principales du château G et V étaient ainsi fortement protégées par des ouvrages très-élevés et puissants, et les deux angles sud-ouest et nord-est du donjon, bien appuyés, bien flanqués, couvraient sa masse. Quant à l’angle sud-est, le plus exposé, il était devancé par une tour très-haute Z possédant une guette et cinq étages de défenses. Ce n’était pas par sa propre construction que le donjon de Pierrefonds, l’habitation seigneuriale, se défendait, mais par les appendices considérables dont il était entouré.

Les autres parties du château de Pierrefonds ne sont pas moins intéressantes à observer. La grand’salle était en a, couverte par une charpente avec entraits apparents, suivant l’usage. Une large cheminée la chauffait. La grand’salle était en communication avec une seconde salle b, d’où l’on parvenait à la tour du coin c. La construction de cette tour est fort singulière, et nous pensons qu’on peut la regarder comme destinée aux oubliettes. Il n’est pas un château dans lequel les Guides ne vous fassent voir des oubliettes, et généralement ce sont les latrines qui sont accusées d’avoir englouti des victimes humaines sacrifiées à la vengeance des