Ouvrir le menu principal

Page:Viollet-le-Duc - Dictionnaire raisonné de l’architecture française du XIe au XVIe siècle, 1854-1868, tome 3.djvu/13

Cette page a été validée par deux contributeurs.
[charpente]
— 10 —

de l’édifice, un chéneau pour la distribution des eaux et un garde-corps. L’assiette sur laquelle venaient reposer les sablières des grandes charpentes de combles était donc assez étroite, et se trouvait réduite à un mètre environ ; quelquefois, mais plus rarement, dans les monuments d’une grande étendue, et beaucoup moins dans les nefs d’une largeur médiocre. Il devenait impossible, sur des bahuts aussi peu épais, de trouver la place nécessaire pour appuyer le pied des arbalétriers, des chevrons, et pour projeter l’épaisseur des pannes. Afin de poser en plein les charpentes sur ces bahuts étroits, on changea d’abord la pente des combles ; on la porta de 40 ou 50 degrés à 60 et même 65 degrés, puis on supprima les pannes posées sur les arbalétriers, et on composa les combles de fermes entre lesquelles vinrent se ranger des chevrons à peu près armés comme elles, affleurant le plan passant par la face externe des arbalétriers, et ne différant guère des fermes-maîtresses que parce qu’ils n’avaient point d’entraits à leur base, mais reposaient seulement sur des patins assemblés dans les doubles sablières. On désigne ces charpentes sous la dénomination de charpentes à chevrons portant fermes. C’était, dans l’art de la charpenterie, un mode de construction neuf et qui était en harmonie parfaite avec le nouveau système adopté dans la maçonnerie. Il avait 1º l’avantage de ne demander qu’une assiette aussi peu épaisse que possible ; 2º au lieu de reporter la charge de tout le comble et de sa couverture sur les maîtresses-fermes (comme le système de charpentes avec pannes), il répartissait également les pesanteurs sur la totalité de la tête des murs ou bahuts : nous faisons ressortir l’importance de cette disposition dans le mot Construction ; il nous suffira de l’indiquer ici ; 3º ce nouveau moyen permettait de n’employer que des bois d’un équarrissage faible relativement à leur longueur, puisque chaque arbalétrier ou chevron était également chargé, et de poser ainsi, au sommet d’édifices très-élevés, des charpentes très-légères relativement à la surface couverte. En rendant les piles inférieures des grands vaisseaux plus grêles, les constructeurs firent des voûtes très-légères ; ils devaient naturellement chercher à diminuer le poids des charpentes destinées à les couvrir, et surtout à éviter des inégalités dangereuses dans les pesanteurs des parties supérieures des constructions.

Il convient que nous rendions à nos lecteurs un compte exact de ce qui constitue la partie essentielle de la charpente de comble combinée avec le mode de la construction ogivale. Nous commencerons donc par l’assiette de ces combles sur les bahuts ou têtes de murs.

Soit A (7) le bahut en pierre ; on pose deux sablières B B′ plutôt sur leur plat que carrées. C est l’entrait de la ferme-maîtresse assemblé à queues d’arondes dans les deux sablières, ainsi qu’il est indiqué en E E′ dans le plan, de façon à ce que l’entrait retienne les sablières poussées en dehors par les chevrons portant fermes. D est le patin ou blochet dans lequel s’assemble, à tenon et mortaise, le chevron portant fermes ; ce blochet s’entaille pour mordre les deux sablières et est ainsi retenu par