Ouvrir le menu principal

Page:Viollet-le-Duc - Dictionnaire raisonné de l’architecture française du XIe au XVIe siècle, 1854-1868, tome 3.djvu/100

Cette page a été validée par deux contributeurs.
[chateau]
— 97 —

ouvrir les portes du château ou en sortir, sans être aussitôt ou frappé de mort, ou fait prisonnier… »

Pendant tout l’hiver de 1203 à 1204, l’armée française resta dans ses lignes. Roger de Lascy, qui commandait dans le château pour Jean sans Terre, fut obligé, afin de ménager ses vivres, de chasser les habitants du petit Andely qui s’étaient mis sous sa protection derrière les remparts de la forteresse. Ces malheureux, repoussés à la fois par les assiégés et les assiégeants, moururent de faim et de misère dans les fossés, au nombre de douze cents.

Au mois de février 1204, Philippe-Auguste, qui sait que la garnison du château Gaillard conserve encore pour un an de vivres, « impatient en son cœur, » se décide à entreprendre un siége en règle. Il réunit la plus grande partie de ses forces sur le plateau dominant, marqué R sur notre fig. 10. De là il fait faire une chaussée pour aplanir le sol jusqu’au fossé en avant de la tour A (fig. 11)[1]. « Voici donc, du sommet de la montagne, jusqu’au fond de la vallée, et au bord des premiers fossés, la terre est enlevée à l’aide de petits hoyaux, et reçoit l’ordre de se défaire, de ses aspérités rocailleuses, afin que l’on puisse descendre du haut jusqu’en bas. Aussitôt un chemin, suffisamment large et promptement tracé à force de coups de hache, se forme à l’aide de poutres posées les unes à côté des autres et soutenues des deux côtés par de nombreux poteaux en chêne plantés en terre pour faire une palissade. Le long de ce chemin, les hommes, marchant en sûreté, transportent des pierres, des branches, des troncs d’arbres, de lourdes mottes de terre garnies d’un gazon verdoyant, et les rassemblent en monceaux, pour travailler à combler le fossé… (14)[2]… Bientôt s’élèvent sur divers points (résultat que nul n’eût osé espérer) de nombreux pierriers et des mangonneaux, dont les bois ont été en peu de temps coupés et dressés, et qui lancent contre les murailles des pierres et des quartiers de rocs roulant dans les airs. Et afin que les dards, les traits et les flèches, lancés avec force du haut de ces murailles, ne viennent pas blesser sans

  1. Cette chaussée est encore visible aujourd’hui.
  2. La fig. 14 représente à vol d’oiseau le château Gaillard au moment où, les approches étant à peu près terminées, les assiégeants se disposent à aller combler le fossé. On voit en A l’estacade rompue par les gens de Philippe-Auguste pour pouvoir faire passer les bateaux qui devaient attaquer l’île B ; en C le Petit-Andely, en E l’étang entre le petit et le grand Andely ; D les tours de la ligne de circonvallation et de contrevallation tracée par Philippe-Auguste, afin de rendre l’investissement du château Gaillard complet ; F le val où moururent de faim et de misère la plupart des malheureux qui s’étaient réfugiés dans le château et que la garnison renvoya pour ne pas épuiser ses vivres. On voit aussi, à l’extrémité de la chaussée faite par l’armée assiégeante, pour arriver par une pente au fossé de l’ouvrage avancé, deux grandes pierrières qui battent la tour saillante contre laquelle toute l’attaque est dirigée ; puis, en arrière, un beffroi mobile que l’on fait avancer pour battre tous les couronnements de cet ouvrage avancé et empêcher les assiégés de s’y maintenir.