Ouvrir le menu principal

Page:Viollet-le-Duc - Dictionnaire raisonné de l’architecture française du XIe au XVIe siècle, 1854-1868, tome 1.djvu/91

Cette page a été validée par deux contributeurs.
[arc]
— 72 —

murs, pouvait causer des désordres dans la construction. On remplaça donc, vers la fin du XIIIe siècle, les arcs-boutants supérieurs par une construction à claire-voie, véritable aqueduc incliné qui étrésillonnait les têtes des murs, mais d’une façon passive et sans pousser. C’est ainsi que furent construits les arcs-boutants du chœur de la cathédrale d’Amiens, élevés vers 1260 (62). Cette première tentative ne fut pas heureuse.

Arc.boutant.cathedrale.Amiens.png


Les arcs-boutants, trop peu chargés par ces aqueducs à jour, purent se maintenir dans le rond-point, là où ils n’avaient à contre-butter que la poussée d’une seule nervure de la voûte ; mais, dans la partie parallèle du chœur, là où il fallait résister à la poussée combinée des arcs-doubleaux et des arcs-ogives, les arcs-boutants se soulevèrent, et au XVe siècle on dut bander, en contre-bas des arcs primitifs, de nouveaux arcs d’un plus grand rayon, pour neutraliser l’effet produit par la poussée des grandes voûtes. Cette expérience profita aux constructeurs des XIVe et XVe siècles, qui combinèrent dès lors les aqueducs surmontant les arcs-boutants, de façon à éviter ce relèvement dangereux. Toutefois, ce système d’aqueducs appartient particulièrement aux églises de Picardie, de Champagne et du nord, et on le voit rarement employé avant le XVIe siècle dans les monuments de l’Île-de-France, de la Bourgogne et du nord-ouest.

Voici comment au XVe siècle l’architecte qui réédifia en grande partie le