Ouvrir le menu principal

Page:Viollet-le-Duc - Dictionnaire raisonné de l’architecture française du XIe au XVIe siècle, 1854-1868, tome 1.djvu/87

Cette page a été validée par deux contributeurs.
[arc]
— 68 —

sive à une force active, mais venaient porter une partie du poids de la voûte, en même temps qu’ils maintenaient son action latérale, ils déchargeaient d’autant les piles A. Si par une raison d’économie, ou faute de place, les culées C ne pouvaient avoir une grande épaisseur, les arcs-boutants devenaient presque des piles inclinées, très-légèrement cintrées, opposant aux poussées une résistance considérable, et reportant cette poussée presque verticalement sur les contre-forts.

Arc.boutant.eglise.Semur.en.Auxois.png

On voit des arcs-boutants ainsi construits dans l’église Notre-Dame de Semur en Auxois (58), monument que nous citerons souvent à cause de son exécution si belle et de l’admirable entente de son mode de construction. Toutefois des arcs-boutants ainsi construits ne pouvaient maintenir que des voûtes d’une faible portée (celles de Notre-Dame de Semur n’ont que 8 mètres d’ouverture) et dont la poussée se rapprochait de la verticale par suite de l’acuité des arcs-doubleaux, car ils se seraient certainement déversés en pivotant sur leur sommier D, si les arcs-doubleaux se rapprochant du plein cintre eussent eu par conséquent la propriété de pousser suivant un angle voisin de 45 degrés. Dans ce cas, tout en cintrant les arcs-boutants sur un arc d’un très-grand rayon, et d’une courbure peu sensible par conséquent, on avait le soin de les charger puissamment au-dessus de leur naissance, près de la culée, pour éviter le déversement.

Arc.boutant.Notre.Dame.de.Paris.png

Ce système a été adopté dans la construction des immenses arcs-boutants de Notre-Dame de Paris, refaits au XIVe siècle (59). Ces arcs prodigieux, qui n’ont pas moins de 15 mètres