Ouvrir le menu principal

Page:Viollet-le-Duc - Dictionnaire raisonné de l’architecture française du XIe au XVIe siècle, 1854-1868, tome 1.djvu/86

Cette page a été validée par deux contributeurs.
[arc]
— 67 —

grands édifices bâtis avec soin, au moyen de ressources suffisantes et par des gens habiles, ces déformations ne se rencontrent pas, et l’équilibre des constructions a été maintenu avec une science et une adresse peu communes.

La courbure des arcs-boutants varie suivant la courbure des arcs-doubleaux, le diamètre des arcs-boutants, leur épaisseur et l’épaisseur de la culée ou contre-fort.

Arc.boutant.primitif.png

Ainsi les arcs-boutants primitifs sont généralement formés d’un quart de cercle (56), mais leurs claveaux sont épais et lourds, ils résistent à l’action de la poussée des voûtes par leur poids, et venant s’appuyer au droit de cette poussée, ils ajoutent sur les piles A une nouvelle charge à celle des voûtes ; c’est une pesanteur inerte venant neutraliser une poussée oblique. Quand on comprit mieux la véritable fonction des arcs-boutants, on vit qu’on pouvait, comme nous l’avons dit déjà, opposer à la poussée oblique une résistance oblique et non-seulement ne plus charger les piles A d’un surcroît de poids, mais même les soulager d’une partie du poids des voûtes. D’ailleurs on avait pu observer que les arcs-boutants étant tracés suivant un quart de cercle, se relevaient au point B, lorsque la poussée des voûtes était considérable et que le poids des claveaux des arcs n’était pas exactement calculé de manière à conserver leur courbure. Dès lors les arcs-boutants furent cintrés sur une portion de cercle dont le centre était placé en dedans des piles des nefs (57),

Arc.boutant.png

ils remplissaient ainsi la fonction d’un étai, n’opposaient plus une force pas-