Ouvrir le menu principal

Page:Viollet-le-Duc - Dictionnaire raisonné de l’architecture française du XIe au XVIe siècle, 1854-1868, tome 1.djvu/85

Cette page a été validée par deux contributeurs.
[arc]
— 66 —

Ce système d’étrésillonnement des arcs au moyen de rayons intermédiaires ne paraît pas toutefois avoir été fréquemment adopté pendant le XIIIe siècle ; il est vrai qu’il n’y avait pas lieu d’employer des moyens aussi puissants pour résister à la poussée des voûtes, ordinairement fort légères, même dans les plus grandes églises ogivales. À la cathédrale de Reims les arcs-boutants sont doubles, mais indépendants l’un de l’autre ; ils deviennent de plus en plus hardis vers le milieu du XIIIe siècle, alors que les piles sont plus grêles, les voûtes plus légères. Une fois le principe de la construction des églises gothiques admis, on en vint bientôt à l’appliquer dans ses conséquences les plus rigoureuses. Observant avec justesse qu’une voûte bien contre-buttée n’a besoin pour soutenir sa naissance que d’un point d’appui vertical très-faible comparativement à son poids, les constructeurs amincirent peu à peu les piles et reportèrent toute la force de résistance à l’extérieur, sur les contre-forts (voy. Construction). Ils évidèrent complètement les intervalles entre les piles, sous les formerets, par de grandes fenêtres à meneaux ; ils mirent à jour les galeries au-dessous de ces fenêtres (voy. Triforium ), et tout le système de la construction des grandes nefs se réduisit à des piles minces, rendues rigides par la charge, et maintenues dans un plan vertical par suite de l’équilibre établi entre la poussée des voûtes et la buttée des arcs-boutants.

Arc.boutant.eglise.Saint.Denis.png

La nef et l’œuvre haute du chœur de l’église de Saint-Denis, bâties sous saint Louis, nous donnent une des applications les plus parfaites de ce principe (55), que nous trouvons adopté au XIIIe siècle dans les chœurs des cathédrales de Troyes, de Sées, du Mans, et plus tard, au XIVe siècle, à Saint-Ouen de Rouen. Toute la science des constructeurs d’églises consistait donc alors à établir un équilibre parfait entre la poussée des voûtes d’une part, et la poussée des arcs-boutants de l’autre. Et il faut dire que s’ils n’ont pas toujours réussi pleinement dans l’exécution, les erreurs qu’ils ont pu commettre démontrent que le système n’était pas mauvais, puisque malgré des déformations effrayantes subies par quelques-uns de ces monuments, ils n’en sont pas moins restés debout depuis six cents ans, grâce à l’élasticité de ce mode de construction. Il faut ajouter aussi que dans les