Ouvrir le menu principal

Page:Viollet-le-Duc - Dictionnaire raisonné de l’architecture française du XIe au XVIe siècle, 1854-1868, tome 1.djvu/84

Cette page a été validée par deux contributeurs.
[arc]
— 65 —

de canal pour conduire les eaux des chéneaux du grand comble à l’extrémité inférieure de l’arc, d’où elles tombent lancées par des gargouilles (voy. Chéneau, Gargouille). Ce moyen de résistance opposé aux poussées des voûtes par les arcs-boutants doubles ne sembla pas toujours assez puissant aux constructeurs du XIIIe siècle ; ils eurent l’idée de rendre solidaires les deux arcs par une suite de rayons qui les réunissent, les étrésillonnent et leur donnent toute la résistance d’un mur plein, en leur laissant une grande légèreté. La cathédrale de Chartres nous donne un admirable exemple de ces sortes d’arcs-boutants (54).

Arc.boutant.cathedrale.Chartres.png

La construction de cet édifice présente dans toutes ses parties une force remarquable, les voûtes ont une épaisseur inusitée (0m,40 environ), les matériaux employés, lourds, rugueux, compactes, se prêtant peu aux délicatesses de l’architecture gothique de la première moitié du XIIIe siècle. Il était nécessaire, pour résister à la poussée de ces voûtes épaisses et qui n’ont pas moins de 15 mètres d’ouverture, d’établir des buttées énergiques, bien assises ; aussi, fig. A, on observera que tout le système des arcs pénètre dans les contre-forts, s’y loge comme dans une rainure, que tous les joints de l’appareil sont normaux aux courbes, qu’enfin c’est une construction entièrement oblique destinée à résister à des pesanteurs agissant obliquement.