Ouvrir le menu principal

Page:Viollet-le-Duc - Dictionnaire raisonné de l’architecture française du XIe au XVIe siècle, 1854-1868, tome 1.djvu/83

Cette page a été validée par deux contributeurs.
[arc]
— 64 —

voûte ferait un mouvement par suite d’un tassement des points d’appui verticaux, c’est là encore une des conséquences de ce principe d’élasticité appliqué à ces grandes bâtisses et sans lequel leur stabilité serait compromise. La faculté de glissement laissée aux arcs-boutants empêche leur déformation, et il n’est pas besoin de dire qu’ils ne peuvent conserver toute leur force d’étrésillonnement qu’autant qu’ils ne se déforment pas.

Schema.Arc.boutant.png

En effet (53), soit A B C un arc-boutant, la pile verticale D venant à tasser, il faudra, si l’arc est engagé au point A, qu’il se rompe en B, ainsi que l’indique la fig. 1. Si, au contraire, c’est le contre-fort E qui vient à tasser, l’arc étant engagé en A, il se rompra encore suivant la fig. 2. On comprend donc combien il importe que l’arc puisse rester libre en A pour conserver au moyen de son glissement possible la pureté de sa courbure. Ces précautions dans la combinaison de l’appareil des arcs-boutants n’ont pas été toujours prises, et la preuve qu’elles n’étaient pas inutiles, c’est que leur oubli a presque toujours produit des effets fâcheux.

La nef de la cathédrale d’Amiens, élevée vers 1230, présente une disposition d’arcs-boutants analogue à celle du chœur de la cathédrale de Soissons, seulement les colonnes supérieures sont dégagées comme les colonnes inférieures, elles sont plus sveltes, et le chaperon du second arc-boutant sert