Ouvrir le menu principal

Page:Viollet-le-Duc - Dictionnaire raisonné de l’architecture française du XIe au XVIe siècle, 1854-1868, tome 1.djvu/79

Cette page a été validée par deux contributeurs.
[arc]
— 60 —

ARC-BOUTANT. Ce sont les arcs extérieurs qui par leur position sont destinés à contre-butter la poussée des voûtes en arcs d’ogives. Leur naissance repose sur les contre-forts, leur sommet arrive au point de la poussée réunie des arcs-doubleaux et des arcs-ogives. Suivant les goûts de chaque école, on a beaucoup blâmé ou beaucoup loué le système des arcs-boutants ; nous n’entreprendrons pas de les défendre ou de faire ressortir leurs inconvénients ; il n’y a qu’une chose à dire à notre sens sur ce système de construction, c’est qu’il est l’expression la plus franche et la plus énergique du mode adopté par les constructeurs du moyen âge. Jusqu’à leur application dans les églises gothiques, tout est tâtonnement ; du moment que les arcs-boutants sont nettement accusés dans les constructions, la structure des églises se développe dans son véritable sens, elle suit hardiment la voie nouvelle. Demander une église gothique sans arc-boutants, c’est demander un navire sans quille, c’est pour l’église comme pour le navire une question d’être ou de n’être pas. Le problème que les architectes de l’époque romane s’étaient donné à résoudre était celui-ci : élever des voûtes sur la basilique antique. Comme disposition de plan, la basilique antique satisfaisait complètement au programme de l’église latine : grands espaces vides, points d’appui minces, air et lumière. Mais la basilique antique était couverte par des charpentes, l’abside seule était voûtée ; or dans notre climat les charpentes ne préservent pas complètement de la neige et du vent ; elles se pourrissent assez rapidement quand on n’emploie pas ces dispositions modernes de chéneaux en métal, de conduits d’eau, etc., procédés qui ne peuvent être en usage qu’au milieu d’un peuple chez lequel l’art de la métallurgie est arrivé à un haut degré de perfection. De plus, les charpentes brûlent, et un édifice couvert seulement par une charpente que l’incendie dévore est un édifice perdu de la base au faîte. Jusqu’aux Xe et XIe siècles il n’est question dans les documents écrits de notre histoire que d’incendies d’églises qui nécessitent des reconstructions totales. La grande préoccupation du clergé, et par conséquent des architectes qui élevaient des églises, était dès le Xe siècle de voûter les nefs des basiliques. Mais les murs des basiliques portés par des colonnes grêles ne pouvaient présenter une résistance suffisante à la poussée des voûtes hautes ou basses. Dans le centre de la France les constructeurs, vers le XIe siècle, avaient pris le parti de renoncer à ouvrir des jours au sommet des murs des nefs hautes, et ils contre-buttaient les voûtes en berceau de ces nefs hautes, soit par des demi-berceaux, comme dans la plupart des églises auvergnates, soit par de petites voûtes d’arêtes élevées sur les bas côtés. Les nefs alors ne pouvaient être éclairées que par les fenêtres de ces bas côtés presque aussi hautes que les grandes nefs. Les murs extérieurs, épais et renforcés de contre-forts, maintenaient les poussées combinées des grandes et petites voûtes (voy. Église, Voûte ). Mais dans le nord de la France ce système ne pouvait prévaloir ; de grands centres de population exigeaient de vastes églises, on avait besoin de lumière, il fallait prendre des jours directs dans les murs des nefs, et renoncer par conséquent à contre-butter les voûtes hautes par des demi-berceaux continus élevés