Ouvrir le menu principal

Page:Viollet-le-Duc - Dictionnaire raisonné de l’architecture française du XIe au XVIe siècle, 1854-1868, tome 1.djvu/77

Cette page a été validée par deux contributeurs.
Book important2.svg Les corrections sont expliquées en page de discussion
[arc]
— 58 —

facilités pour ouvrir dans les murs des fenêtres aussi hautes et aussi larges que possible, celles-ci n’étant plus obligées de se loger sous les formerets. De plus, l’aspect de ces voûtes, bien visiblement portées par les piles et indépendantes de l’enveloppe extérieure de l’édifice, est très-heureux ; il y a dans cette disposition quelque chose de logique qui rassure l’œil, en rendant intelligible pour tous le système de la construction. On voit, ainsi que l’indique la figure (45), comme les arcs-doubleaux, les arcs-ogives et les arcs-formerets viennent se pénétrer à leur naissance, afin de poser sur un étroit sommier et reporter ainsi toute la poussée des voûtes sur un point rendu immobile au moyen de la buttée de l’arc-boutant ; mais dans les voûtes des bas côtés, il y a un autre problème à résoudre, il s’agit là d’avoir des archivoltes assez épaisses pour porter les murs de la nef ;

Arcs.cathedrale.de.Tours.png

les piliers rendus aussi minces que possible pour ne pas gêner la vue, ont à supporter non-seulement la retombée de ces archivoltes, mais aussi celle des arcs-doubleaux et des arcs-ogives. La pénétration de ces arcs, dont les épaisseurs et les largeurs sont très-différentes, présente donc des difficultés à leur point de départ sur le tailloir du chapiteau. Elles sont vaincues à partir du XIIIe siècle avec une adresse remarquable, et nous donnons ici comme preuve la disposition des naissances des archivoltes, des arcs-doubleaux et arcs-ogives des bas côtés du chœur de la cathédrale de Tours, XIIIe siècle (46). L’archivolte A, aussi épaisse que les piles, est surhaussée afin de pouvoir pénétrer les voûtes au-dessus de la naissance des arcs-ogives B et ses derniers rangs de claveaux reportent le poids des murs sur le sommier de l’arc-doubleau C ; ainsi, l’arc-ogive et la voûte elle-même sont indépendants de la grosse construction, qui peut tasser sans déchirer ou écraser la construction plus légère de ces voûtes et arcs-ogives (voy. Voûte ).

À la réunion du transsept avec la nef et le chœur des églises, on a toujours donné, pendant les époques romane et ogivale, une grande force aux arcs-doubleaux, tant pour résister à la pression des murs, que pour supporter souvent des tours ou flèches centrales. Alors les arcs-doubleaux se composent de trois, quatre ou cinq rangs de claveaux, comme à la cathédrale de Rouen, à Beauvais, à Bayeux, à Coutances, à Eu, etc. En Norman-