Ouvrir le menu principal

Page:Viollet-le-Duc - Dictionnaire raisonné de l’architecture française du XIe au XVIe siècle, 1854-1868, tome 1.djvu/76

Cette page a été validée par deux contributeurs.
[arc]
— 57 —

filent comme une moitié d’arc-ogive ou d’arc-doubleau (43) ; ils ne présentent que la saillie nécessaire pour recevoir la portée des remplissages des voûtes.

Arcs.formerets.png
Arc.formeret.Bourgogne.png

Souvent, à partir du XIIIe siècle, ils traversent l’épaisseur du mur, forment arc de décharge et archivolte à l’extérieur, au-dessus des meneaux des fenêtres (44) ; Saint-Denis, Troyes, Amiens, Beauvais, Saint-Ouen de Rouen, etc. Les voûtes des églises de Bourgogne, bâties pendant le XIIIe siècle, présentent une particularité remarquable : leurs formerets sont isolés des murs, ce sont des arcs indépendants, portant les voûtes et la charpente des combles. Les murs alors ne sont plus que des clôtures minces, sortes de cloisons percées de fenêtres et portant l’extrémité des chéneaux au moyen d’un arc de décharge (45). Cette disposition offre beaucoup d’avantages, elle annule le fâcheux effet des infiltrations à travers les chéneaux, qui ne peuvent plus alors salpêtrer les murs, puisque ces chéneaux sont aérés par-dessous ; elle permet de contre-butter les voûtes par des contre-forts intérieurs qui reportent plus sûrement la poussée sur les arcs-boutants ; elle donne toutes