Ouvrir le menu principal

Page:Viollet-le-Duc - Dictionnaire raisonné de l’architecture française du XIe au XVIe siècle, 1854-1868, tome 1.djvu/62

Cette page a été validée par deux contributeurs.
[app]
— 43 —

Plus tard, au XIVe siècle, les appuis font une saillie portant larmier au droit de chaque fenêtre (7), et sont interrompus parfois sous les trumeaux.

Appui.fenetre.Saint.Gilles.png
Appui.fenetre.XIVe.siecle.png
Appui.fenetre.hotel.de.ville.compiegne.png

Dans les édifices civils et habitations du XVe siècle, ils ne portent plus de larmiers et forment une avance horizontale profilée à ses extrémités, de manière à offrir un accoudoir plus facile aux personnes qui se mettent à la fenêtre ; nous en donnons ici un exemple tiré de l’hôtel de ville de Compiègne (8), Cette disposition ne se perd que vers la fin du XVIe siècle, lorsque les appuis en pierre sont remplacés, dans l’architecture civile, par des barres d’appui en fer façonné.

Appui.fenetre.rue.Malpalu.Rouen.png
Appui.fenetre.rue.Grosse.Horloge.Rouen.png

Les fenêtres des maisons de bois qui existent encore des XVe et XVIe siècles sont munies d’appuis qui se relient aux poteaux montants, et donnent de la force et de la résistance au pan-de-bois par une suite de petites