Ouvrir le menu principal

Page:Viollet-le-Duc - Dictionnaire raisonné de l’architecture française du XIe au XVIe siècle, 1854-1868, tome 1.djvu/57

Cette page a été validée par deux contributeurs.
[app]
— 38 —

extérieurs, tel est l’appentis construit au XVe siècle contre l’une des parois de la grande salle du chapitre de la cathédrale de Meaux (1) ; pour protéger des entrées ou pour établir des marchés à couvert autour de certains grands édifices civils.

APPLICATION, s. f. On désigne par ce mot, en architecture, la superposition de matières précieuses ou d’un aspect décoratif sur la pierre, la brique, le moellon ou le bois. Ainsi on dit l’application d’un enduit peint sur un mur ; l’application de feuilles de métal sur du bois, etc. Dans l’antiquité grecque l’application de stucs très-fins et colorés sur la pierre, dans les temples ou les maisons, était presque générale. À l’époque romaine on remplaça souvent ces enduits assez fragiles par des tables de marbre, ou même de porphyre, que l’on appliquait au moyen d’un ciment très-adhérent sur les parois des murs en brique ou en moellon. Cette manière de décorer les intérieurs des édifices était encore en usage dans les premiers siècles du moyen âge en Orient, en Italie et dans tout l’Occident. Les mosaïques à fond d’or furent même substituées aux peintures, sur les parements des voûtes et des murs, comme plus durables et plus riches. Grégoire de Tours cite quelques églises bâties de son temps, qui étaient décorées de marbres et de mosaïques à l’intérieur, entre autres l’église de Châlon-sur-Saône, élevée par les soins de l’évêque Agricola. Ces exemples d’application de mosaïques, si communs en Italie et en Sicile, sont devenus fort rares en France, et nous ne connaissons guère qu’un spécimen d’une voûte d’abside décorée de mosaïques, qui se trouve dans la petite église de Germigny-les-Prés, près de Saint-Benoît-sur-Loire, et qui semble appartenir au Xe siècle. Depuis l’époque carlovingienne jusqu’au XIIe siècle le clergé en France n’était pas assez riche pour orner ses églises par des procédés décoratifs aussi dispendieux ; il se préoccupait surtout, et avec raison, de fonder de grands établissements agricoles, de policer les populations, de lutter contre l’esprit quelque peu désordonné de la féodalité. Mais pendant le XIIe siècle, devenu plus riche, plus fort, possesseur de biens immenses, il put songer à employer le superflu de ses revenus à décorer d’une manière somptueuse l’intérieur des églises. De son côté, le pouvoir royal disposait déjà de ressources considérables dont il pouvait consacrer une partie à orner ses palais. L’immense étendue que l’on était obligé alors de donner aux églises ne permettait plus de les couvrir à l’intérieur de marbres et de mosaïques ; d’ailleurs ce mode de décoration ne pouvait s’appliquer à la nouvelle architecture adoptée ; la peinture seule était propre à décorer ces voûtes, ces piles composées de faisceaux de colonnes, ces arcs moulurés. L’application de matières riches sur la pierre ou le bois fut dès lors réservée aux autels, aux retables, aux jubés, aux tombeaux, aux clôtures, enfin à toutes les parties des édifices religieux qui, par leur dimension ou leur destination, permettaient l’emploi de matières précieuses. Suger avait fait décorer le jubé de l’église abbatiale de Saint-Denis par des applications d’ornements en bronze et de figures en ivoire. Il est souvent fait mention de tombeaux