Ouvrir le menu principal

Page:Viollet-le-Duc - Dictionnaire raisonné de l’architecture française du XIe au XVIe siècle, 1854-1868, tome 1.djvu/523

Cette page a été validée par deux contributeurs.
[aro]
— 504 —

par un signe général, non plus par des signes individuels. La monarchie tendait à mettre sur le même rang, à couvrir du même manteau, toute noblesse, qu’elle fût ancienne ou nouvelle, et la nuit du 4 août 1789 vit briser, par l’assemblée constituante, des écussons qui, voilés par le pouvoir royal, n’étaient pour la foule que le signe de privilèges injustes, non plus le souvenir et la marque d’immenses services rendus à la patrie. L’écusson royal de Louis XIV avait couvert tous ceux de la noblesse française ; au jour du danger il se trouva seul ; il fut brisé ; cela devait être.

ARONDE, s. f. (Queue d’). Sorte de crampon de métal, de bois ou de pierre, ayant la forme en double d’une queue d’hirondelle, et qui sert à maintenir l’écartement de deux pierres, à réunir des pièces de bois de charpente, des madriers, des planches (1).

Aronde.png

Cette espèce de crampon a été employé de toute antiquité. Lorsqu’on déposa l’obélisque de Louqsor pour le transporter en France, on trouva sous le lit inférieur de ce bloc de granit une queue d’aronde en bois qui y avait été incrustée dans l’origine pour prévenir la rupture d’un fil. Dans les fragments de constructions antiques dont on s’est servi à l’époque gallo-romaine pour élever des enceintes de villes, on rencontre souvent des entailles qui indiquent l’emploi fréquent de queues d’aronde en fer ou en bronze. Nous en avons trouvé en bois dans des constructions romanes de la première époque. Quelquefois aussi la bascule des chapiteaux des colonnes engagées, cantonnant des piles carrées, des XIe et XIIe siècles, est maintenue postérieurement par une fausse coupe en queue d’aronde (2).

Colonne.maintenue.par.aronde.png

Il en est de même pour les corbeaux