Ouvrir le menu principal

Page:Viollet-le-Duc - Dictionnaire raisonné de l’architecture française du XIe au XVIe siècle, 1854-1868, tome 1.djvu/515

Cette page a été validée par deux contributeurs.
[arm]
— 496 —

d’un émail différent du bâtiment. Les mêmes termes s’appliquent aux autres bâtiments. Essoré se dit d’un bâtiment dont le toit est d’un autre émail.

Armoirie.Paris.png

Un navire est fretté, habillé, lorsqu’il est muni de tous ses agrès et voiles. Paris (115) porte : de gueules à la nef frettée, habillée d’argent flottant sur des ondes de même, au chef cousu de France ancien. Si le navire est sans mâts et sans voiles, on dit : navire arrêté. Quand les ancres sont peintes de différents émaux, on doit le spécifier. La trabe est la traverse, la stangue c’est la tige, les gumènes sont les câbles qui attachent l’ancre.

Nous n’entrerons pas dans de plus amples détails pour ce qui concerne les divers instruments ou bâtiments qui figurent dans les armoiries ; nous renvoyons nos lecteurs aux traités spéciaux.

Brisure, en termes de blason, est un changement que l’on fait subir aux armoiries pour distinguer les branches d’une même famille. On ne brisait dans l’origine que par le changement de toutes les pièces, en conservant seulement les émaux. Ainsi les comtes de Vermandois, sortis de la maison de France, portaient : échiqueté d’or et d’azur, au chef de France. Plus tard on brisa en changeant les émaux et conservant les pièces. La branche aîné de Mailli porte : d’or à trois maillets de sinople ; les Mailli de Bourgogne portent : de gueules à trois maillets d’or : d’autres branches portent : d’or aux maillets de sable, d’or à trois maillets d’azur. On brisa aussi en changeant la situation des pièces, ou en retranchant quelques-