Ouvrir le menu principal

Page:Viollet-le-Duc - Dictionnaire raisonné de l’architecture française du XIe au XVIe siècle, 1854-1868, tome 1.djvu/492

Cette page a été validée par deux contributeurs.
[arm]
— 473 —

seul émail sans divisions, dans le second il peut avoir plusieurs émaux. Il est alors divisé ou parti. On compte quatre partitions principales, dont toutes les autres dérivent :Le parti, qui partage l’écu perpendiculairement en deux parties égales (6) ; le coupé (7) ; le tranché (8) ; le taillé (9). Le parti et le coupé forment l’écartelé (10), qui est de quatre, de six, de huit, de dix, de seize quartiers et plus encore quelquefois.

Armoiries.couleur.et.disposition.png

Le tranché et le taillé donnent l’écartelé en sautoir (11). Les quatre partitions ensemble donnent le gironné (12). Quand le gironné est de huit pièces comme l’exemple (fig. 12), on l’appelle simplement gironné ; mais quand il y a plus ou moins de girons, on en désigne le nombre : gironné de six, de dix, de douze, de quatorze pièces. Tiercé se dit de l’écu qui est divisé en trois parties égales de différents émaux conformément à chacune des partitions. Ainsi, le tiercé par le parti s’appelle tiercé en pal (13), X porte : tiercé en pal de sable, d’argent et d’azur ; le tiercé par le coupé s’appelle tiercé en