Ouvrir le menu principal

Page:Viollet-le-Duc - Dictionnaire raisonné de l’architecture française du XIe au XVIe siècle, 1854-1868, tome 1.djvu/49

Cette page a été validée par deux contributeurs.
[app]
— 30 —

par conséquent facile, comme en Normandie, en Champagne, dans l’Ouest, l’appareil est petit, serré,

Colonne.XIIIe.siecle.png

les tailleurs de pierre, pour faciliter la pose, n’hésitent pas à multiplier les joints. Une des qualités essentielles de l’appareil adopté pendant les XIIe, XIIIe et XIVe siècles, c’est d’éviter les évidements, les déchets de pierre ; ainsi, par exemple, les retours d’angles sont toujours appareillés en besace (3). Les piles cantonnées de colonnes sont élevées, pendant les XIe et XIIe siècles, par assises dont les joints se croisent, mais où les évidements sont soigneusement évités (4). Plus tard, dans la première moitié du XIIIe siècle, elles sont souvent formées d’un noyau élevé par assises, et les colonnes qui les cantonnent sont isolées et composées d’une ou plusieurs pierres posées en délit (5).

Colonne.XIIIe.siecle.2.png
Colonne.XIIIe.siecle.3.png

Les lits des sommiers des arcs sont horizontaux jusqu’au point où, se dégageant de leur pénétration commune, ils se dirigent chacun de leur côté et forment alors une suite de claveaux extradossés (6).

Larmier.corniche.XIIIe.siecle.png

Chaque membre d’architecture est pris dans une hauteur d’assise, le lit placé toujours au point le plus favorable pour éviter des évidements et des pertes de pierre ; ainsi l’astragale au lieu de tenir à la colonne, comme dans l’architecture romaine, fait partie du chapiteau (7). La base conserve tous ses membres pris dans la même pierre. Le larmier est séparé de la corniche (8). Les lits se trouvent placés au point de jonction des moulures de socles avec les parements droits (9). Dans les contrées où les matériaux de différentes