Ouvrir le menu principal

Page:Viollet-le-Duc - Dictionnaire raisonné de l’architecture française du XIe au XVIe siècle, 1854-1868, tome 1.djvu/482

Cette page a été validée par deux contributeurs.
[arm]
— 463 —

connaissions d’une armature de ce genre, et cependant il existe un grand nombre de voûtes plus légères que celles de la Sainte-Chapelle-du-Palais qui, bien qu’elles n’en fussent point pourvues, ont parfaitement conservé la pureté de leur courbe.

La ferronnerie forgée avait dès la fin du XIIe siècle pris un grand essor. On peut s’en convaincre en voyant avec quelle habileté sont traitées les pentures qui servent à pendre les portes à cette époque ; cette habitude de manier le fer, de le faire obéir à la main du forgeron, avait dû engager les architectes à employer le fer pour maintenir les panneaux des vitraux destinés à garnir les grandes fenêtres que l’on commençait alors à ouvrir dans les édifices importants, tels que les églises. À la fin du XIIe siècle les fenêtres n’étaient point encore divisées par des meneaux de pierre, et déjà cependant on tenait à leur donner une largeur et une hauteur considérables ; force était donc de diviser leur vide par des armatures de fer, les panneaux de verres assemblés avec du plomb ne pouvant excéder une surface de soixante à quatre-vingts centimètres carrés sans risquer de se rompre (voy. Fenêtre, Vitrail). Les armatures d’abord simples, c’est-à-dire composées seulement de traverses et de montants (2),

Armature.simple.png

prirent bientôt des formes plus ou moins compliquées, suivant le dessin donné aux panneaux légendaires des vitraux, et se divisèrent en une suite de cercles, de quatre-feuilles, de carrés posés